MAROC
18/05/2018 17h:31 CET

Ramadan: Pas assez de pois chiches pour la soupe cette année

La demande a fait augmenter les prix.

ChristiLaLiberte via Getty Images

CONSOMMATION – Comme à chaque ramadan, la question de la disponibilité de certaines denrées alimentaires se pose avec acuité. Concernant traditionnellement les tomates, le lait ou les œufs, les pénuries touchent cette année... les pois chiches.

Plus de 3.500 tonnes de pois chiches importées pour couvrir la demande

C’est en tout cas ce qu’affirme le ministère des Affaires générales et de la gouvernance qui a présenté, aujourd’hui, les résultats des opérations de contrôle réalisées dans les différentes préfectures et provinces du royaume par les Commissions mixtes de contrôle de la qualité et des prix des produits alimentaires.

Ingrédient important dans la recette de la soupe marocaine (harira), les pois chiches ne seraient pas disponibles sur le marché en quantités suffisantes. Ce qui a fait atteindre aux prix de la légumineuse des sommets rarement enregistrés durant la dernière semaine du mois de Chaabane.

Pour faire face à cette demande accrue, plus de 3.500 tonnes de pois chiche seront importées et destinées à la consommation quotidienne, ce qui devrait faire baisser graduellement les prix au milieu du mois de Ramadan. Pour les autres produits par contre, les commissions assurent que la totalité des prix a connu “une baisse remarquable”, notamment pour les légumes tels que les tomates, les oignons et les pommes de terre.

Saisie en un mois de plus de 25% des quantités détruites en une année

Attention toutefois, disponibilité ne veut pas dire salubrité. En effet, à l’approche du mois de ramadan, les commerçants ont tendance à vouloir écouler au plus vite leur stock de produits, quitte, pour les moins scrupuleux, à y intégrer des denrées alimentaires impropres à la consommation.

Ainsi, sur la période allant du 16 avril au 16 mai 2018, les équipes de contrôle ont saisi et détruit plus de 1.200 tonnes de produits impropres à la consommation ce qui représente plus du quart de ce qu’a saisi l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) en une année complète (4.730 tonnes en 2017)!

Dans le détail, les denrées saisies ont compris 911 tonnes de blé, de farine et dérivés, 253 tonnes de thé, sucre et café, 11 tonnes de viandes et de poissons, 10 tonnes de fruits et de légumes et 25 tonnes de denrées alimentaires les plus consommables (dattes, lait et dérivés, boissons et jus, miel, confiture et autres).

À noter que ces opérations de contrôles, effectuées auprès de près de 17.000 points de vente, ont abouti à l’enregistrement de 571 contraventions en matière de prix et de qualité des denrées alimentaires. Le ministère précise en ce sens que toutes les mesures juridiques ont été prises à l’encontre des contrevenants.

LIRE AUSSI: