23/04/2019 16h:51 CET | Actualisé 23/04/2019 16h:51 CET

Ramadan: Le ministère de l'Intérieur s'active pour éviter la flambée des prix

Une commission centrale sera mise en place pour contrôler les marchés.

Youssef Boudlal / Reuters
Un marché à Dar Bouazza, près de Casablanca, pendant le mois de ramadan, en 2018.

RAMADAN - À quelques jours du début du ramadan, le ministère de l’Intérieur s’active pour éviter l’habituelle flambée des prix et s’assurer du bon approvisionnement des marchés du pays. Pour faire face à la hausse de la demande de produits alimentaires propre à cette période de l’année, deux réunions ministérielles ont été organisées à Rabat, le 17 et le 23 avril, afin de faire le point sur les mesures à prendre pour satisfaire les consommateurs.

Présidées par le ministre délégué auprès du ministère de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, ces réunions ont été l’occasion de présenter les principales actions envisagées par le département de Abdelouafi Laftit cette année.

Transparence

Première mesure prise: la création d’une commission centrale chargée de suivre, pendant tout le mois sacré, l’opération de contrôle, la situation des marchés et le traitement des différents problèmes qui pourraient se poser, notamment en terme de hausse des prix ou de mise sur le marché de produits impropres à la consommation.

L’idée est de “garantir la transparence des transactions commerciales et de faire face à toutes les pratiques illégales portant atteinte à la stabilité des prix”, précise le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Si celui-ci assure que les prix des produits de première nécessité demeurent, dans leur globalité, stables et dans la moyenne normale, ils peuvent enregistrer “quelques variations relatives”. Mais “tout manquement aux lois en vigueur” sera sanctionné, prévient le ministère. Cette année, les opérations de contrôle quotidien seront également renforcées, annonce la même source. 

Sensibilisation

Le volet sensibilisation n’a pas été mis de côté. Fournisseurs, commerçants et prestataires de services devront faire l’objet de campagnes pour les inciter à garantir la santé et la sécurité alimentaire, et respecter les conditions de stockage, de présentation et de vente des produits.

Les citoyens devront quant à eux être informés de la situation réelle des marchés et mis en garde contre les données erronées ou inexactes, ainsi que les rumeurs colportées lors des années précédentes, poursuit la même source.

Comme l’année dernière, le ministère de l’Intérieur réactivera le numéro de téléphone national “5757”. Celui-ci permet aux citoyens de contacter les cellules de permanence créées au niveau des préfectures et provinces, en cas de réclamations ou remarques sur l’approvisionnement des marchés, la qualité et la sécurité des produits et marchandises mis en vente ainsi que les prix, et pour alerter les autorités sur les éventuels cas de fraude et les pratiques commerciales illégales.