MAROC
27/07/2018 10h:59 CET | Actualisé 27/07/2018 11h:02 CET

Crise sociale à la RAM: 10 vols annulés ce vendredi 27 juillet

Alors que les pourparlers se poursuivent entre la compagnie aérienne et le personnel navigant.

Andia via Getty Images

AÉRIEN - En pleine saison estivale, et alors que la crise sociale opposant la Royal Air Maroc à son personnel navigant se poursuit, la compagnie aérienne annonce chaque jour de nouvelles annulations ou des perturbations de ses vols. Ce vendredi 27 juillet, ce sont ainsi 10 vols qui ont été annulés, au départ ou à destination de Casablanca, et effectuant la liaison avec les villes de Conakry, Bordeaux, Paris, Toulouse et Marrakech. 

Les perturbations concernent pour leur part des vols également au départ ou à destination de Casablanca, et reliant la capitale économique aux villes de Zurich, Lisbonne, Madrid, Dakhla, Nantes, Bruxelles, Paris, Lagos, Accra et Monrovia. 

RAM

La RAM précise sur son site offrir la possibilité de reporter la date du voyage avant le 15 août 2018, sans frais supplémentaires, ou d’obtenir un remboursement du billet en cas d’annulation du voyage.

Entamé le 18 juillet dernier, le bras de fer opposant la RAM aux pilotes ne semble pas trouver pour l’instant d’issue. Plusieurs doléances ont été avancées par le personnel navigant, qui revendique notamment une revalorisation des salaires de 15.000 dirhams sur une période cinq ans, le refus d’une paix sociale de 7 ans demandé par la compagnie, 4 jours de repos mensuels, la révision des avantages qui seraient accordés à leurs confrères étrangers engagés par CDD, mais aussi la réouverture de l’école nationale de formation des pilotes ou, à défaut, une augmentation du nombre d’élèves-pilotes. Des griefs présentés à la presse par l’Association marocaine des pilotes de lignes (AMPL), lors d’une conférence tenue ce lundi 23 juillet.

Pour autant, l’AMPL assure ne pas mener de grève. Si la Royal Air Maroc confiait à notre rédaction en début de semaine ne pas souhaiter faire de déclaration officielle pour ne pas envenimer davantage la situation, une source proche de l’AMPL confie au HuffPost Maroc que les pourparlers se poursuivent en vue de trouver une sortie de crise rapide, et ne pas perturber ainsi davantage la saison estivale, mais aussi la période de départs des Marocains en pèlerinage.