MAROC
25/03/2019 09h:45 CET | Actualisé 25/03/2019 09h:46 CET

Rallye Aïcha des Gazelles: la pluie force l'annulation de la 4ème étape de la compétition

Les Gazelles ont eu une journée off imprévue.

HANANE EL ARJOUN/HUFFPOST MAROC

RALLYE - Les participantes du Rallye Aïcha des Gazelles se souviendront longtemps de ce dimanche 24 mars, 9e journée de cette 29e édition. Des conditions météorologiques défavorables ont obligé les organisateurs à annuler la 4e étape de la compétition, pour éviter que les véhicules ne restent coincés dans la boue, et à transférer tout le monde vers un autre bivouac. Les Gazelles et tout le staff ont dû ranger leurs tentes et leurs bagages pour rejoindre le bivouac de Merch Irdan afin de poursuivre leur aventure.

Les organisateurs ont ainsi proposé aux Gazelles et aux journalistes de profiter de cette journée off imprévue pour faire des visites dans les villes d’Erfoud et de Rissani. Le staff, quant à lui, est resté sur place pour s’occuper de la logistique. Les chaises du restaurant ainsi que celles du bivouac de presse ont été mouillées, les tapis étaient trempés dans la boue. Quelques journalistes ont même été surpris après avoir découvert que leur matériel a été endommagé.

“La nature est souveraine”

L’annulation d’une étape du Rallye est une mesure très rare, nous indique Dominique Serra, l’organisatrice de l’évènement. ”Il pleut depuis 2h du matin, tout est vraiment trempé, nous avons reçu des informations sur les rivières qui font partie du parcours d’aujourd’hui, elles sont pleines, donc on ne peut pas bouger du bivouac. On a décidé de neutraliser la course pour aujourd’hui et de prendre les mesures qui s’imposent pour partir directement sur l’étape marathon lundi. On n’a pas le choix, c’est la météo, c’est la nature, et la nature est souveraine” explique-t-elle, ajoutant qu’il ne s’agit pas d’une première.

“C’est arrivé il y a très longtemps, mais il n’y avait pas autant de pluie et de dégâts. Ce qui est différent cette fois, c’est que la pluie est tombée toute la nuit. Les pistes sont impraticables, les voitures doivent passer en même temps par les mêmes endroits, et ça détruira non seulement les voitures, mais aussi la nature. En ce qui concerne le bivouac, les camions ne peuvent pas bouger, ils sont embourbés, on ne peut donc pas rejoindre l’autre bivouac”, ajoute-t-elle.

HANANE EL ARJOUN/HUFFPOST MAROC

De leur côté, les participantes n’ont pas digéré la nouvelle au moment où elle a été annoncée. ”On est dégoûtées, très déçues. On s’est réveillées comme tous les jours à 5h du matin, surprises par les fortes pluies. Moi j’aurais aimé continuer quand même, ont est des Gazelles, on est prêtes à tout, mais on n’y peut rien en même temps” nous confie Solenne Moreno, une participante française de l’équipage 114.

Réunies en fin de journée pour un briefing, les Gazelles se sont montrées plus positives. Elles étaient de très bonne humeur, prêtes à oublier cette journée. Elles ont profité de leur réunion pour remercier toute l’équipe responsable de la restauration. Cette dernière, fière d’accompagner l’évènement, a mis le feu dans le bivouac restauration, en chantant et dansant sous les applaudissements des Gazelles.

Huffpost MG

Le rallye, qui se déroule comme chaque année depuis sa première édition en 1990, en plein désert marocain, réunit cette année 160 équipages et 320 participantes représentant 13 nationalités. 300 organisateurs sont sur place, en plus d’une équipe médicale composée de cinq médecins urgentistes, deux infirmières, deux kinésithérapeutes-ostéopathes, 42 mécaniciens, deux hélicoptères, et 54 véhicules organisateurs sur le terrain.