LES BLOGS
12/06/2018 13h:08 CET | Actualisé 12/06/2018 13h:08 CET

Raffinerie d'Augusta: Un achat au Pif (III et fin)

Raffinerie 2ieme Génération Crescentino Italie

Nous voilà revenus au raisonnement principal. Somme-nous en mesure de redire que la raffinerie d’Augusta vaut réellement zéro dollar et qu’uniquement les trois terminaux ont été rajoutés comme guirlandes, dans le but de perfectionner une scénographie trop fade pour s’avaler ?

La réponse serait affirmative pour un complexe prêtant à équivoque en matière de “hidden Defects” ou vices cachés. La raffinerie d’Augusta est très chère, même gratuite, si à jamais Exxon Mobil est venue voir Sonatrach pour lui proposer une cessation... à condition qu’elle gère la pollution et décontamine toute une république d’hectares.

Hidden Defects: le syllogisme de notre interlocuteur nous parait très logique du fait de l’immensité d’un complexe de raffinage qui prend beaucoup de temps pour se faire construire et peut prendre aussi le temps pour toutes les évaluations lors d’une acquisition. Donc, quelle durée Sonatrach avait prise pour effectuer toutes les expertises techniques, avant de se décider ?

Quelle durée Sonatrach avait prise pour mener convenablement une diligence raisonnable environnementale et sociale relative à une reprise d’un projet énergétique ? Pour le minier comme les carburants, les experts estiment qu’il est impératif de “réévaluer surtout la prochaine gestion et son impact environnemental encore toutes les implications sociales d’une raffinerie, c’est cette diligence devenue essentielle dans une économie mondiale, affectée par le changement climatique, qui dévoilera la durabilité et et nous renseignera sur les risques financiers. (Texte repris OECD.org ).

Et si nous admettons que Sonatrach était mal outillée pour connaitre tous les vices cachés d’une raffinerie de 70 ans d’âge, l’une des plus âgées d’Europe, non seulement en matière d’installations mais en matière de viabilité des systèmes sécuritaires et environnementaux, pourquoi elle n’a pas pris le temps afin de comprendre les éléments suivants?

1- Avoir pensé qu’ Exxon Mobile avait l’intention de se départir de sa station d’Augusta devenue coûteuse sur le plan de la maintenance et l’entretien mais, en substantifique moelle, budgétivore en opérations de décontamination. Ces coûts ont été acceptés par Sonatrach et qui peuvent saper tous les bénéfices. Ainsi l’Algérie sera bellement mentionnée dans les travaux pour le roi de Prusse.

2- L’éventualité d’une fermeture en 2021-2023. Le raffinage de ce type quitte l’Europe et va d’Ouest en Est selon les présentations faites lors du congrès mondial sur le pétrole (22nd WPC 2017) et que de 2017 à 2025, 20 raffineries risquent de fermer.

3- La corporation John Wiley dans ses Oil and Energy trends, donne une liste exhaustive des complexes fermés en Europe depuis 2009 et qui sont : 1 en République Tchèque, 3 en Grande-Bretagne, 2 en Allemagne, 5 en France, 1 en Roumanie et 5 en Italie .

4- Pour le portail European Files, l’Italie est le pays qui connait le recul le plus significatif des raffineries de génération une, il nous livre aussi une information de taille sur l’Europe depuis 2008: 17 raffineries ont été fermées en dans le vieux continent, faute d’acquéreurs (source Europeanafiles) .

5- 500 millions d’euros sont effectivement les vrais coûts de la décontamination de la raffinerie d’Augusta sans rajouter les obligations relatives aux dépenses afférentes à la protection de l’eau et de l’air dans une zone devenue le noyau central de la problématique environnementale Italienne.

8- Les raffineries installées en Italie sont passées de 2,9 millions barils/ jour en 2006 à 1,9 millions de barils en 2016, la plaçant comme premier pays d’Europe le raffinage classique chute. La reconversion en Biofuel bat le plein. Toute l’Europe et l’Eurasie était partie de 24 ,8 millions de baril en 2004, pour se retrouver à 23,3 en 2016.

L'affaire ENI-Sonatrcah l'une des plus grandes affaires de corruption du Monde

Dans pareille optique, nous sommes tentés de croire, avec toute vraisemblance, qu’Ould Kaddour a voulu manœuvrer pour meubler son argumentaire au sujet d’un achat ordonné par un élément exogène, exactement comme “à la Falcone”, l’entremetteur commissionnaire du fiasco de l’autoroute Est-Ouest.

L’interrogation parait pertinente, en somme. Falcone a-t-il resurgît dans l’achat de la raffinerie d’Esso-Italiana dans le personnage de Rex Tillerson l’ex-patron d’Exxon Mobile ou dans le personnage de Chakib Khelil et ses supposées accointances avec le complexe de l’Urée d e l’Etat de l’Iowa ( Usa) , appartenant à Sawariss ? Chakib Khellil , faut -il le mentionner , était si inspirée en Urée en 2004 , mais pas en raffinage?

Revenant à Ould Kaddour, le DG de Sonatarch, l’homme qui voulait singulariser son prop-up dans un voyagement* interminable de notices, en prenant soin de faire une fixation sur le seuil psychologique du chiffre: de moins d’un milliards de dollars, et dans le bonus de : achetée avec 3 terminaux. Faut-il dire que c’est juste une manière de nous dire qu’il peut toujours débourser plus d’un milliard de dollars, pour cette oeuvre irréfléchie.

Enfin ce sibyllin que nous vous livrons, en image d’Epinal, ne peut se passer de commentaire. Ce sibyllin quand Abdo claironna dans le Quotidien d’Oran: “On s’est dit que pour construire une raffinerie neuve, il faut 5 milliards de dollars et ça nous prendra 5 années, on a refusé de faire des calculs d’épicier”. Ould Kaddour se laisse dire “oui je confirme, le prix d’acquisition d’Augusta est 700 millions de dollars” ...

Face à cette manière de marmonner les galimatias, voici, en bas, le sérieux de ceux qui défendent leurs pays :

Les législateurs européens s’appuient beaucoup plus sur des biocarburants plus durables, comme l’huile de cuisson usagée et les graisses animales, Leur travail s’articulent aussi sur des biocarburants avancés -représentés par des algues et par la biomasse lignocellulosique comme l’amidon- pour lesquels cette technologie n’est pas encore disponible à l’échelle industrielle. Ils discutent d’un projet de mise à jour du plan sur les énergies renouvelables visant à augmenter leur utilisation, tout en limitant davantage celle de la première génération à partir de 2020.

(EU lawmakers are leaning on more sustainable biofuels – for example used cooking oil and animal fats – and advanced biofuels – for example algae and lignocellulosic biomass like starch, for which however the technology is not yet available at industrial scale. They are discussing a proposed update to the Renewable Energy Directive that would boost their use, while further limiting that of first generation starting in 2020 ...).

 

 

(*): voyage plus long du français canadien .

Explosion de skikda Janvier 2004 : 28 morts , 80 blesses et plus de 50 millions de dollars de pertes