MAROC
12/03/2019 14h:30 CET

Rabat se prépare à accueillir sa première biennale d’art contemporain

60 femmes artistes des quatre coins du globe illumineront la capitale du 10 septembre au 10 décembre prochain.

FADEL SENNA via Getty Images

CULTURE – La capitale s’apprête à accueillir sa première biennale d’art contemporain qui se tiendra du 10 septembre au 10 décembre prochain. Baptisée “Un instant avant le monde”, cette édition inaugurale réunira une soixantaine de femmes artistes (architectes, cinéastes, chorégraphes, metteuses en scène...) de 30 nationalités, invitées à faire dialoguer leurs œuvres pour réécrire l’histoire de l’art. 

Durant trois mois, la Biennale de Rabat investira plusieurs hauts lieux culturels, comme le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), la Villa des arts, l’Espace Expressions CDG, mais aussi des bâtisses qui ont marqué l’histoire de la ville, notamment le Musée des Oudayas, Borj Addoumoue (Bastion des Larmes), communément appelé Borj Sidi Benacher, le Fort Hervé (Borj Lakbir), ainsi que plusieurs espaces publics à travers la ville.

Facebook.com/MuseeMohammed6

Commissaire général de la biennale, l’architecte franco-algérien Abdelkader Damani, actuel directeur du Fonds régional d’art contemporain (FRAC) du Centre-Val de Loire en France, espère ainsi rendre hommage aux femmes dont le travail artistique a souvent été relégué au second plan. 

“Le choix du timing n’est pas anodin” indique Abdelkader Damani, soulignant que “la tenue de cet événement de septembre à décembre permettra d’éviter la période estivale, cibler la population marocaine, et de s’ouvrir aux établissements scolaires”.

Initiée par la Fondation nationale des musées (FNM) sur volonté royale, cette biennale est aussi le fruit d’une rencontre entre Mehdi Qotbi, président de la FNM, et Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA).

Nous avons voulu créer un événement pour tous à l'échelle de la ville"Abdelkader Damani, commissaire général de la Biennale de Rabat

Une soixantaines d’artistes, dont les Marocaines Narjiss Nejjar, Tala Hadid et Bouchra Ouizguen, plusieurs artistes africaines, européennes, asiatiques, arabes et latino-américaines dont Etel Adnan, le collectif palestinien DAAR, la danseuse et chorégraphe française Julie Nioche, ainsi que la plasticienne égyptienne Ghada Amer, qui présentera une oeuvre permanente destinée au public marocain, seront à l’honneur de ce nouveau rendez-vous. Seul homme de cette sélection exclusivement féminine: le plasticien Mohamed El Baz, qui se joindra à l’événement.

“Nous allons également inclure plusieurs œuvres anciennes, dont certaines datent de plus de 2000 ans, qui dialogueront avec des créations artistiques contemporaines pour apporter une profondeur historique à cet événement”, explique le commissaire de l’exposition.

Un événement d’envergure qui entend bien renforcer la place de Rabat sur la scène culturelle mondiale.