LES BLOGS
03/01/2019 15h:39 CET | Actualisé 03/01/2019 15h:39 CET

Qui sont les travestis socialement nocifs?

"Ces travestis-là, personne ne songe à les arrêter, à les exhiber, ils se produisent sur la scène publique malgré nous, contre nous."

LeoPatrizi via Getty Images

SOCIÉTÉ - J’en ai connu un dans mon village, de travesti, d’une grande gentillesse, cafetier de son état, qui se produisait aussi dans les fêtes comme un peu partout. Depuis je n’y vois aucun mal, aucun vice, j’en suis incapable, il était la correction en personne.

Le travesti de Marrakech, humilié et cyniquement exhibé, montre plus le travestissement de notre société présente, dévoilé dans son comportement, que le sien propre. Le mot, lui-même, composé de déplacement et de vêture, définit la geste du concerné: non seulement il se meut d’un vêtement de genre à l’autre, mais il se déplace aussi en ville, dans l’espace, vêtu autrement que nous avons l’habitude de voir les hommes vêtus. On peut même voir dans son ”épopée” une sorte de manifestation contre les représentations dominantes qui identifient un être de facto sans prendre soin d’interroger son identité profonde.

S’exhiber ainsi, en costume féminin, serait du coup une revendication identitaire en bonne et due forme. Le défi, pour le concerné, était de sortir de la carapace où il était socialement incarcéré, de s’octroyer de la sorte à lui-même avec cette escapade, une reconnaissance de son état qu’on ne connaît pas encore avec exactitude. Étouffant dans son genre il explose en défi-lant ainsi dans la rue en voiture. Aussi, on ne peut s’empêcher de saluer sa témérité dans une société qui ne pardonne pas de tels écarts, notamment ceux des personnes les plus fragiles.

Mais, après tout, son travestissement n’est que l’expression de son problème personnel à lui. Les travestis nocifs, dont le travestissement est un mal qui gangrène notre société, ce sont tous les prédateurs, tous les rapaces qui se travestissent en élus, en responsables, en prêcheurs pour se balader sous un costume emprunté, qui ne devrait pas être le leur, qu’ils se sont procurés par la rapine, la corruption et le mensonge. Ces travestis-là, personne ne songe à les arrêter, à les exhiber, ils se produisent sur la scène publique malgré nous, contre nous.