MAROC
24/03/2018 14h:21 CET

Qui sont les quatre victimes des attaques terroristes dans l'Aude

Parmi elles, le gendarme qui s’était livré au ravisseur en échange de la libération d’otages.

RAYMOND ROIG via Getty Images

AUDE - Quatre personnes ont été tuées ce vendredi 23 mars dans une série d’attaques terroristes dans l’Aude, perpétrées par Redouane Lakdim et revendiquées par Daech.

Trois victimes du terroriste ont été tuées à l’intérieur du Super U de Trèbes, où Redouane Lakdim a fait irruption en fin de matinée. Parmi elles, le gendarme Arnaud Beltrame, décédé des suites de ses blessures dans la nuit de vendredi à samedi. Il avait échangé sa place contre celle d’otages dans le supermarché.

Autre victime, le chef-boucher du magasin, âgé de tout juste 50 ans ans. “Il a été tué d’une balle dans la tête à bout portant. Cela faisait 15 ans que l’on travaillait ensemble à la boucherie. C’est un copain, un bon vivant”, a raconté Jacky à l’AFP, un collègue de travail. “Je pense à la famille de notre collaborateur, le boucher et de la cliente”. “C’est un père de famille. Il a été tué par balle(s) et je crois qu’il a deux enfants”, a indiqué Serge Papin, le président de Système U qui s’est rendu sur place en fin de journée. “On ne sait pas encore ce qui s’est passé, mais connaissant Christian, je l’imagine bien avoir voulu s’interposer. C’était un bon mec, un mec courageux et digne”, raconte un ami d’enfance au site L’Indépendant.

Une personne âgée, cliente du supermarché, a également trouvé la mort.

Plus tôt, le terroriste avait volé une Opel Corsa blanche, à Carcassonne. Le conducteur, dont l’identité n’est pas connue est entre la vie et la mort. Le passager, un sexagénaire habitant du petit village de Villedubert, proche de Trèbes a été abattu. “C’était un viticulteur à la retraite, un natif du village, issu de l’une des plus vieilles familles de Villedubert. Il était marié, avait un enfant et était très impliqué dans la vie de la commune puisqu’il faisait partie du comité des fêtes”, raconte le maire du village à L’Indépendant. 

Un Portugais annoncé mort à tort

Par ailleurs, le gouvernement portugais a indiqué dans la soirée de que le citoyen portugais initialement donné pour mort dans les attaques n’était que grièvement blessé.

“En raison d’erreurs de communication, il a été initialement transmis aux autorités portugaises l’information d’une victime mortelle. Après les procédures pour identifier la victime, il s’est avéré que le citoyen portugais n’est que grièvement blessé et hospitalisé à Carcassonne”, a déclaré le secrétaire d’Etat aux Portugais de l’étranger, José Luís Carneiro.

“Nous regrettons le désordre causé par cette information erronée”, a-t-il ajouté en précisant qu’il se rendrait samedi matin à l’hôpital où se trouve la victime portugaise pour s’entretenir avec sa famille et avec les autorités locales. Cette information inexacte avait suscité la réaction du président de la République portugaise Marcelo Rebelo de Sousa qui avait alors exprimé ses condoléances à la famille et aux amis de la victime dans un communiqué sur le site de la présidence.

Arnaud Beltrame, “tombé en héros”

Tôt dans la matinée du samedi 24 mars, Gérard Collomb a annoncé la mort du gendarme Arnaud Beltrame qui s’était livré au ravisseur en échange de la libération d’otages avant d’être très grièvement blessé et de s’éteindre à l’hôpital.

Emmanuel Macron lui a rendu hommage, déclarant que l’officier était “tombé en héros” et méritait “respect et admiration de la nation tout entière”.

“Au cœur de l’action, le lieutenant-colonel Beltrame a fait preuve d’un sang-froid exceptionnel et a illustré les vertus militaires d’une manière éclatante, qui mérite respect et admiration de la nation tout entière. Ces vertus, le lieutenant-colonel Beltrame les avait démontrées dès sa formation militaire”, a rendu hommage la présidence de la République dans un communiqué, avant de revenir sur le parcours du gendarme:

“Sorti major de la promotion “campagne d’Italie” de l’Ecole militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan (1999), salué pour son “esprit résolument offensif face à l’adversité” par ses supérieurs notant en lui un militaire qui “se bat jusqu’au bout et n’abandonne jamais”, Arnaud Beltrame a ensuite rejoint l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale, dont il est sorti en 2001 major de la promotion “Capitaine Gauvenet”.

Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l’Aude en 2017, Arnaud Beltrame a été commandant de la compagnie d’Avranches (Manche) jusqu’en 2014, avant de devenir conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l’Écologie. Il a accédé au rang de lieutenant-colonel en 2016. L’officier, marié, sans enfant, est décoré de l’ordre national du Mérite.