MAROC
22/09/2019 16h:33 CET

Qui est El Mehdi Zairi, le Marocain qui a pris la parole pour le climat à l'ONU?

Voici son discours.

DR/ Archives Telquel
EL Mehdi Zairi

CLIMAT - Le jeune militant de l’environnement marocain El Mehdi Zairi a donné de la voix ce week-end au siège des Nations-Unies à New York, sur fond d’un spectacle immersif de lumières en prélude aux deux Sommets organisés par l’ONU. Un événement crucial à la veille de la tenue à New York du Sommet Action Climat qui rassemble, le 23 septembre, une pléiade de leaders mondiaux avec comme objectif d’accroître la mobilisation face à l’urgence climatique.

Âgé de 25 ans, El Mehdi Zairi, qui travaille actuellement pour le Fonds Vert pour le Climat (GCF), basé en Corée du Sud, est diplômé de l’Institut des hautes études internationales et du développement de Genève après des études à l’École de gouvernance et d’économie de Rabat (EGE).

Baptisé “Voix pour l’avenir: l’Antarctique, alors que vous dormiez” (Voices for the Future: Antarctica while you were sleeping), ce spectacle de lumières géant a illuminé vendredi soir le bâtiment de l’Assemblée générale et l’immeuble de 38 étages du Secrétariat général de l’ONU, au rythme de la voix de six jeunes militants environnementaux, dont la désormais célèbre adolescente suédoise Greta Thunberg et le jeune marocain El Mehdi Zairi, qui ont commenté dans les langues officielles des Nations-Unies la nature de la crise climatique et ce qu’il faut faire pour minimiser ses conséquences.

“Je suis El Mehdi Zairi et j’ai 25 ans. Je suis Marocain”, disait la voix du jeune militant marocain qui retentissait à l’extérieur du siège de l’ONU en introduction de son allocution, avant de poursuivre: “Le changement climatique est le défi principal de ce siècle et il affecte les fondements économiques et sociaux de notre société. Nous devons nous en préoccuper tout le temps, pas seulement pendant les conférences sur le climat ou les sommets des Nations-Unies”.

“Nous ne pouvons plus ignorer la magnitude du défi qui attend notre génération à cause de l’inaction des générations précédentes et de l’incohérence des politiques publiques des gouvernements”, a-t-il ajouté.

“Au cours de la dernière décennie, le Maroc a mis au point une infrastructure d’énergie renouvelable dans tout le pays et nous possédons désormais le plus grand parc solaire au monde”, a mis en avant le jeune homme.

“Cela prouve bien qu’une volonté politique peut amener le changement”, a dit El Mehdi, pour qui le militantisme et l’engagement pour le climat et l’environnement reste une priorité.

Approché par la MAP, El Mehdi Zairi a tenu à exprimer toute sa fierté d’être parmi le groupe de militants écologiques représentant le Maroc au Sommet des jeunes sur le climat, tenu samedi à New York à l’initiative du Secrétaire général de l’ONU.

“Ce sommet s’inscrit vraiment dans la logique de l’accroissement de l’ambition pour l’action climat, et je pense qu’il a été une occasion idoine pour mettre en avant l’expérience marocaine en matière de transition énergétique”, a-t-il souligné.

Evoquant l’importance de la participation des jeunes à ce genre de manifestation, il a lancé un plaidoyer en vue que les conférences internationales sur la question du climat ne soient plus “un cercle fermé” d’experts et de négociateurs gouvernementaux. “Il faut que ce genre d’événements soient inclusifs des jeunes aussi”, a-t-il insisté.

“J’essaye justement de mettre en avant l’engagement des jeunes et leurs accès à des financements pour qu’ils puissent porter des projets innovants” en termes de respect du climat et de l’environnement, a-t-il expliqué.