TUNISIE
29/01/2019 09h:45 CET | Actualisé 29/01/2019 09h:50 CET

Qui est Amel Neffati, alias Mylow, "l'artiste graffiti" qui monte en Tunisie selon Breakreate

La jeune artiste a su se démarquer et imposer son talent dans un domaine, trop longtemps considéré comme masculin.

Mylow/Facebook

Breakreate, le site tunisien qui s’intéresse à la diffusion de la culture Hip Hop dans la région, a choisi de se plonger dans le monde de Amel Neffati, alias Mylow. “Première artiste graffiti en Tunisie”, Amel se distingue par un style graphique percutant, dynamique et très coloré.

Atypique, la jeune artiste a su se démarquer et imposer son talent dans un domaine, trop longtemps considéré comme masculin. “Grandir et rêver de devenir artiste, ce n’était pas simple” confie-t-elle à Breakreate.

Elle reconnaît que ses débuts n’étaient pas faciles. Étudiante en droit, Amel commença à dessiner dans la rue. C’est à ce moment-là, qu’un déclic s’est produit. Sa fibre artistique a pris rapidement le dessus la poussant à laisser tomber ses études et à entamer un nouveau parcours universitaire en design.

 

“J’ai été initiée au graffiti par un groupe nommé ‘nd2 crew’ (...) J’ai commencé à dessiner mes premiers croquis après avoir regardé des vidéos et des graffiteurs en train de peindre leurs oeuvres sur les murs”, lance-t-elle à Breakreate, qui affirme qu’au fil du temps, la jeune femme a réussi à affiner son art.

Ainsi, “je suis devenue la première artiste graffiti en Tunisie et, je suppose, en Afrique du Nord également. C’est un titre dont je suis fière” se réjouit-elle. 

La jeune artiste, dotée de son talent et de sa créativité, a commencé à se concentrer davantage sur différents styles de graffitis. Elle s’est démarquée notamment par les portraits de femmes tunisiennes aux cheveux afro.

Attachée à son identité africaine et ses racines, Mylow a tenté de faire passer des messages à travers son travail. “Les messages que mon travail incarne sont mon état d’esprit et ma façon de voir le monde” explique-t-elle. 

 

En faisant ce choix, Amel a pris des risques notables et “s’est rebellée contre les normes et les codes de la société tout en pratiquant son art”.

Mylow croit en la liberté de l’art, en particulier dans le domaine du street art. Elle chérit toutes les expériences qu’elle a vécues en tant que personne travaillant dur pour réaliser de multiples missions en tant qu’artiste graffiti de sa génération.

 

L’artiste espère un avenir meilleur et une communauté plus étroite, capable de partager et d’apprendre des expériences de chacun. 

Pour elle, le graffiti est plus qu’un art. “Il montre une nouvelle perception de notre vie quotidienne et nous aide à être créatifs et positifs“ conclut-elle. 

Retrouvez l’interview complète d’Amel Neffati alias Mylow sur le site en langue anglaise de Breakreate.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.