TUNISIE
09/05/2018 15h:36 CET | Actualisé 09/05/2018 15h:37 CET

Qu'est ce qui empêche la présence des femmes aux cérémonies religieuses?

La femme n’a pas sa place dans les cérémonies religieuses officielles, ni dans l’imamat?

On esquisse l’éventualité d’une femme, en l’occurrence Souad Abdelarahim, au poste de maire de Tunis et c’est le déluge médiatique. La cause? La femme n’a pas sa place dans les cérémonies religieuses officielles, ni dans l’imamat, selon Fouad Bouslama, du parti Nidaa Tounes. (vidéo ci-dessous) 

“Une femme ne peut-elle être un ‘cheikh’? Vous imaginez une femme lors de la nuit du destin dans une mosquée (...) ou dans les autres cérémonies religieuses. Malheureusement, nos traditions religieuses l’interdisent. Nous sommes un pays musulman”, a lancé Bouslama dans l’émission Al Hadath sur la chaine MTunisia, le 8 mai.

Interpelé sur le fait que des femmes sont désormais des imams au Maroc par exemple, il rétorque que ceci n’est pas “dans nos coutumes” et qu’“on ne peut pas imposer aux gens qu’une femme soit leur imam, c’est impossible!”

La polémique enfle sur cette position d’un représentant d’un parti qui a bénéficié du vote d’un million de femmes lors de l’élection présidentielle de 2014. Ledit parti a d’ailleurs réagi pour souligner que ces propos n’engagent que leur auteur et que Bouslama n’occupe pas le poste de chargé de communication à Nida Tounes. 

Au-delà de cette guéguerre, les propos de Bouslama trouvent un écho dans la réalité. En effet, les femmes sont absentes dans lors cérémonies religieuses.

Qu’est ce qui empêche leur présence? 

En islam, rien n’interdit la présence de femmes dans les mosquées, et par conséquent dans les cérémonies religieuses qui y sont organisées mais elles doivent être séparées des hommes, reléguées de la vue des hommes dans un espace qui leur est dédié. Leur présence étant considérée comme “perturbatrice” comme le confirme Pierre Lory, islamologue et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, interrogé par Le Monde des Religions qui explique que le Prophète aurait dit : “N’empêchez pas les femmes de se rendre dans les mosquées”. Mais “l’enseignement oral du Prophète, transmis par les hadiths, impose que les femmes soient hors de vue des hommes durant la prière et suggère qu’elles accomplissent la prière chez elles si les conditions rituelles ne sont pas assurées”.

L’auteure de “La femme dans le Coran et la Sunna” ou encore du “Désarroi d’une musulmane”, l’universitaire et écrivain Olfa Youssef n’a pas manqué de réagir via Facebook pour dénoncer ce qu’elle considère comme un faux problème: “Ils croient que la femme souille la mosquée, ils ignorent que Dieu est dans tout (...) Il veulent cantonner Dieu dans un livre, une mosquée, dans un habit, une structure et ne comprennent pas que Dieu est partout (...)”. 

Qu’en-t-il de l’imamat des femmes? 

Elles s’appellent Shérin Khakan, Saliha Fetteh, Amina Wadud, Jasmina El-Sonbati, Elham Manea et elles sont des imams. 

Au Hadith rapporté du prophète qui aurait maudit un peuple gouverné par une femme, l’imam Elham Manea rétorque à La Tribune de Genève que : “Les juristes - des hommes! - brandissent une citation prêtée au Prophète: Un peuple qui confie le pouvoir à une femme ne prospérera jamais. Une citation dont ils jugent pourtant l’authenticité peu fiable”. Et d’ajouter: “Les féministes avancent d’autres citations ou rappellent que la femme du Prophète prêchait. Par ailleurs, à la grande mosquée de La Mecque, il n’y a pas de séparation entre hommes et femmes!”.

Si Elham Manea puise ses arguments sur le terrain théologique. Afra Jabali, qui a prononcé le prêche de l’Aid El Idha en 2014 au Canada répond sur un registre différent. Selon elle, l’imamat est un acte rationnel et intellectuel qui demande un profil déterminé. Parfois, ces conditions ne sont pas requises chez les hommes.

“La prière est une obligation religieuse aussi bien pour les hommes que pour les femmes, une dévotion. L’imam est un guide spirituel qu’il soit homme ou femme”, explique-t-elle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.