TUNISIE
07/08/2018 18h:02 CET | Actualisé 07/08/2018 18h:02 CET

Quels liens entre la Colibe, le sionisme et l'homosexualité? Beaucoup, selon cet article d'Al-Chourouk

Le ton est donné d’emblée à travers le titre choisi: “Le rapport des libertés individuelles et de l’égalité: l’homosexualité, l’autre visage du sionisme”.

imemei via Getty Images

Pointer du doigt le sionisme comme étant l’origine des maux des sociétés arabo-musulmanes n’est pas nouveau. À chaque fois, les porteurs de cette théorie s’efforcent à montrer les liens les plus improbables entre hommes d’affaires de confession juive, Israël et leurs soi-disant suppôts dans le monde arabe.

Cette fois-ci, c’est la Commission pour les libertés individuelles et l’égalité (Colibe) qui est pointée du doigt dans un article écrit par Badr Al Smaoui, et publié dans le journal arabophone Al-Chourouk.

Le ton est donné d’emblée à travers le titre choisi: “Le rapport des libertés individuelles et de l’égalité: l’homosexualité, l’autre visage du sionisme”.

L’auteur commence son article par dire que les États-Unis est un pays qui défend le plus la liberté des homosexuels. Derrière, se cache des lobbies sionistes qui ont voulu normaliser l’homosexualité à travers des films, des émissions télé, etc. Il enchaîne en disant qu’Israël est d’ailleurs l’un des pays qui protège le plus les homosexuels et qu’il utilise cette carte pour humilier les palestiniens et “saper les fondements socio-culturels” des peuples arabo-musulmans, et ce, à travers des associations qui militent pour la dépénalisation de l’homosexualité dans la région.

Pour Al Smaoui, les sionistes et ce qu’il nomme “les pays colonisateurs” profitent de toutes les occasions pour “imposer leurs agendas sous la bannière des droits de l’Homme”, en prenant comme exemple le droit d’asile accordé par la France à un militant LGBT marocain ou encore les exigences formulées par de nombreuses ONG internationales au Qatar concernant le respect de tous les sexes et religions lors de la Coupe du monde 2022 sur son sol.

Quels liens entre tout ça et la Colibe? L’auteur les trouvent évidents: le rapport de la Colibe traite de sujets “suspects”. En appelant à dépénaliser l’homosexualité et à abolir les tests anaux, la Colibe est accusée de vouloir laisser les mains libres, sous prétexte de libertés individuelles, aux personnes qui normalisent avec l’entité sioniste.

Tout en reconnaissant que l’homosexualité existe depuis la nuit des temps, Al-Smaoui voit dans les appels à la dépénaliser une tentative de détruire la culture et la civilisation des peuples de la région.

Une théorie du complot de trop

À noter d’abord que le rapport de la Colibe appelle clairement à ne plus pratiquer les tests anaux pour “vérifier” l’homosexualité des personnes, mais concernant la dépénalisation de l’homosexualité, il propose deux alternatives, ou bien la décriminalisation ou bien le maintien de la criminalisation en écartant la peine privative de la liberté.

Concernant la théorie du complot de l’auteur de l’article, si l’homosexualité est une volonté de “pervertir” les sociétés arabes comme le dit l’auteur de l’article, Israël et “les pays colonisateurs” ont commencé à le faire envers leurs propres sociétés en décriminalisant l’homosexualité à travers leurs législations. 

Ceci n’écarte pas le fait qu’Israël aurait mis en valeur Tel Aviv-Jaffa comme ville LGBT-friendly comme une arme de politique étrangère à travers la stratégie de communication de “pinkwashing” afin d’“attirer les gays et changer son image”, selon le journaliste français Jean Stern.

Pour Bochra Triki, de l’association tunisienne “Chouf”, l’article de Al-Chourouk prête à rire, “car ce n’est qu’un moyen pour attaquer les personnes LGBTQI à tort”, a-t-elle affirmé au HuffPost Tunisie.

Et d’ajouter: “Les trois associations membres de la coalition pour les droits des personnes LGBTQI ont déjà annoncé dans un communiqué être totalement contre toute normalisation avec l’entité sioniste, et se sont toujours positionnées contre le pinkwashing. Notre combat est un combat pour les droits humains et pour la justice, et ceux ci sont indivisibles et sans compromis possibles avec toute entité qui va à l’encontre de ces droits”, a-t-elle conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.