TUNISIE
17/12/2018 18h:13 CET

“Quelque chose de Tunisie” ou la volonté de raconter la Tunisie autrement

Découvrir la Tunisie autrement, c’est l’ambition de Meriem Rezgui, à travers son livre “Quelque chose de Tunisie”.

editions-nanika

Découvrir la Tunisie autrement, c’est l’ambition de Meriem Rezgui, à travers son livre “Quelque chose de Tunisie”, publié au éditions Nanika.

Paru en France, l’ouvrage est un condensé de petites et grandes histoires typiquement tunisiennes: de la fondation de Carthage en passant par les rites et fêtes tunisiennes, les superstitions, la cuisine, l’art et la littérature en arrivant à la personnalité du Tunisien. “Le livre tend à faire connaitre la Tunisie autrement”, a affirmé Meriem Rezgui au HuffPost Tunisie.

Née en Tunisie, Meriem Rezgui est diplômée des Beaux-Arts. Après ses études supérieures, elle est partie à Montpellier pour entamer un master dans l’édition. Elle vit depuis 7 ans à Paris où elle travaille comme graphiste.

Cette expérience personnelle lui a permis de constater le regard qu’ont les étrangers mais aussi les Français d’origine tunisienne sur la Tunisie: “J’ai remarqué qu’il y a une confusion entre les différents pays du Maghreb, qu’il y a une tendance à nous mettre tous dans le même sac, or il y a certes des points communs entre nous mais aussi beaucoup de particularités: les Tunisiens différent par conséquent des Marocains ou des Algériens”, explique-t-elle.

Et d’ajouter: “Même les Français d’origine tunisienne ont une image biaisée de la Tunisie, elle est parfois plus fausse que les Français de souche eux-mêmes”, se désole-t-elle.

nanika.fr

 

Pour l’auteure, les clichés prédominent aussi à propos de la Tunisie: “Les agences de voyages par exemple mettent en avant les plages paradisiaques de la Tunisie, les régions côtières, or, la Tunisie, c’est plus que cela. On a une grande histoire à vanter, d’autres régions à promouvoir comme Ain Draham ou Tabarka, etc”, souligne-t-elle.

Imprégnée par la culture tunisienne, Meriem Rezgui a voulu transmettre son attachement à la Tunisie dans ces 177 pages où elle raconte le pays à travers ses multiples facettes. Pour pouvoir faire cette synthèse, elle raconte avoir fait référence à de nombreux ouvrages, mais aussi aux récits racontés par les témoins de l’évolution récente de la Tunisie: “J’ai appris tellement de choses sur la médina par exemple en allant à la rencontre des vieilles personnes qui ont toujours vécu là-bas”, souligne-t-elle. 

Passionnée de voyage, Meriem estime que la découverte de la culture de l’autre peut se faire à travers d’autres circuits moins classiques et en allant à la rencontre des habitants et de leur quotidien. 

Il est important de connaitre l’autre mais aussi de connaitre sa culture, en cela le livre de Meriem Rezgui pourrait aussi cibler les Tunisiens: “La façon dont on nous enseigne l’histoire par exemple en Tunisie est tellement classique qu’elle ne nous permet pas de garder grand chose des cours et de connaitre notre histoire”, conclut-elle. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.