TUNISIE
24/06/2019 19h:38 CET

Quelle relation entre l'UE et la Tunisie? La société civile dresse un bilan

Durant ces six dernières années, EuroMed Droits a rassemblé plus de 80 associations nationales et régionales (LTDH, ATFD, UGTT, FTDES...), militants experts, politiciens et journalistes de différents horizons autour du projet du Dialogue Tripartite: société civile, Tunisie et Union Européenne (UE).

Les enjeux étaient multiples : débattre afin d’être une force de proposition pour influencer les politiques tunisiennes et européennes en matière des droits humains à l’aune des relations bilatérales entre la Tunisie et l’UE.

C’est ainsi que des groupes de travail ont été lancés autour des thématiques de la réforme de la justice et de la justice transitionnelle,  les droits des migrants et des personnes réfugiées, les droits des femmes et égalité des genres et droits économiques et sociaux.

Le dialogue tripartite brassait large et aspirait à enrayer les clivages originels entre les différents intervenants afin de jeter les assises d’une synergie créatrice de propositions concrètes et précises.

Depuis, ces propositions sont devenues, pour certains des lois, se félicite Ramy Salhi, président d’EuroMed Droits, lors de la conférence de clôture du projet, le 21 juin.

Directrice du Dialogue tripartite, Lilia Rebai, a énuméré l’apport de ces larges concertations dans l’adoption de multiples réformes, à l’instar, de la loi relative à l’abolition de toutes les formes de discrimination raciale, la loi contre les violences à l’égard des femmes, la loi organique relative au Conseil supérieur de la magistrature, et bien d’autres.

Malgré ces avancées, des défis restent à relever, souligne-t-elle, en évoquant les attentes autour de la loi sur l’égalité dans l’héritage, la mise en place de la Cour constitutionnelle, la réforme du Code pénal et du Code des procédures pénales, le Code des libertés individuelles, etc.

Absence de vision stratégique 

Alors les tergiversations se poursuivent  entre la Tunisie et l’UE autour de l’Accord de Libre-Échange Complet et Approfondi (ALECA) ou encore le partenariat de mobilité, Kamel Jendoubi, président d’honneur d’EuroMed Droits,  Bassem Karray, professeur en droit public et Mohamed Limam, maître-assistant en science politique et droit public, ont rendu public un rapport autour d’une “vision stratégique tunisienne du partenariat avec l’Union européenne” axée sur le respect des droits humains et sur la singularité démocratique tunisienne.

Kamel Jendoubi déplore l’absence d’une vision à long terme des relations entre la Tunisie et l’UE. Ce manque de visibilité affecte aussi bien les décideurs politiques que la société civile, dit-il.

“Le court et le moyen terme sous-tendent la démarche des négociations de l’offre européenne de partenariat, articulée essentiellement autour de l’ALECA et le PpM qui tend à harmoniser la politique extérieure de l’UE vis-à-vis de ses voisins du Sud.

De plus, l’UE, avec les Accords de libre-échange et de mobilité, déficients en matière de réel développement humain et durable, d’égalité des chances et de liberté de circulation…

D’autre part, la Tunisie, qui a endossé la logique européenne, se contente d’entrer en négociation sur des chapitres qui ne tiennent que peu ou prou compte des besoins inhérents à sa conjoncture actuelle”, note ledit rapport.

Et d’ajouter : “Cette gestion courante des affaires des deux parties, n’ambitionne pas une remise en question plus générale des cadres de partenariat et, en même temps, reflète un manque de vision interne que l’instabilité politique récurrente pourrait expliquer”. 

A l’aune de constat, les auteurs du rapport recommandent de renforcer l’implication aussi bien de la société civile tunisienne qu’européenne dans les négociations entre la Tunisie et l’UE ou encore l’élargissement du dialogue autour d’autres questions comme la justice climatique, l’échange culturel, etc.

Lire aussi: 

Tunisie: Comment l’inégalité homme-femme et la violence a un coût économique et social? EuroMed Droits y répond

Comment et quel est l’intérêt de l’Europe à soutenir la Tunisie? La société civile y répond lors d’une session d’Euro-Med Rights

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.