MAROC
07/09/2019 17h:19 CET

Québec: Une jeune élève-pilote marocaine portée disparue après le crash de son avion Cessna

Hind Barch, 22 ans, est toujours introuvable deux jours après le signal de la disparition de l'avion.

DR
Hind Barch

DISPARITION - L’avion Cessna 172 d’une élève pilote marocaine a disparu dans la nuit de mercredi à jeudi alors qu’il se dirigeait vers Sherbrooke, au Québec, a indiqué l’ambassade du Royaume à Ottawa. Ce samedi, son corps et la carcasse de l’avion restent toujours introuvables.

“Grande mobilisation pour retrouver la jeune pilote marocaine Hind Barch dont le Cessna a disparu près de Sherbrooke. Ambassade, consulat et communauté marocaine suivent de près les nouvelles et expriment leur soutien à la famille Barch”, a affirmé l’ambassadeur du Maroc, Souriya Otmani sur le compte Twitter de la représentation diplomatique.

Agent de bord chez la compagnie Air Transat, la jeune marocaine de 22 ans avait besoin d’accumuler davantage d’heures de vol, de jour et de nuit, en vue d’obtenir une licence professionnelle et devenir pilote de ligne commerciale. Son appareil qui a quitté Mirabel, près de Montréal, a disparu du radar à quelque 37 km au nord-ouest de Sherbrooke.

“Mais c’est trop tôt pour spéculer sur les causes de la disparition de l’avion”, a déclaré à la presse un porte-parole de l’Aviation royale canadienne (ARC). La zone où son avion a disparu est constituée de plusieurs lacs et d’un vaste couvert forestier de plus d’une centaine de kilomètres carrés. Selon les plus récentes informations, l’appareil recherché pourrait se trouver à proximité du lac Miller, à Saint-Denis-de-Brompton, où un signal cellulaire a été repéré. Le lac est toutefois entouré d’une forêt dense de 180 kilomètres carrés, précise le média Radio Canada.

Afin de localiser l’appareil dès le signal de la disparition de la jeune femme, un avion Hercules des Forces armées canadiennes, deux hélicoptères et un appareil de la Sûreté du Québec ont survolé un territoire de 3.300 km2 entre Montréal et Sherbrooke. Au total, 50 employés de l’Armée sont mobilisés dans cette opération de recherche qui est coordonnée par l’Aviation royale canadienne, indique la même source.