TUNISIE
04/05/2018 15h:43 CET

Quand The Guardian appelle les touristes à découvrir aussi Tunis et sa banlieue

Les visiteurs internationaux restent rares dans la capitale, préférant les plages de Hammamet ou de Sousse

Rosita So Image via Getty Images

Dans un article publié mercredi, Peter Beaumont, reporter chez “The Guardian”, livre un récit de son retour en Tunisie après la révolution de 2011, plus de 7 ans après.

Il y constate que les touristes européens manquent à Tunis, trois ans après les attentats de Sousse et du Bardo. Même si le tourisme a augmenté et que les touristes sont nombreux à être attendu en Tunisie, les visiteurs internationaux restent rares dans la capitale, préférant les plages de Hammamet ou de Sousse pendant l’été. Malheureusement, les ruines romaines et ses attractions principales restent largement vides.

L’auteur vient passer quelques jours à la Marsa et livre une description de celle-ci. “Nous restons à La Marsa dans le nord-est, plutôt que dans le centre-ville, avec ses hôtels sur l’avenue Mohammed V et l’avenue Bourguiba. (..) Avec ses cafés, librairies et espaces d’art qui se regroupent autour d’une corniche et de la plage, La Marsa est une bonne base, notamment l’hôtel Dar El Marsa qui surplombe le front de mer. C’est la vieille capitale d’été du pays, et on pourrait vous pardonner de penser que vous êtes en France, parfois”. 

DEA / W. BUSS via Getty Images

 

Pour Peter Beaumont, l’avantage d’être à la Marsa, c’est d’être à coté de Sidi Bou Said et de s’attabler aux cafés et restaurant au cœur du village aux volets bleus.

“Pour les flâneurs dans l’âme, Sidi Bou Said est l’endroit où les tunisiens viennent prendre un café au lait et des petits fours le week-end” affirme-t-il.

En discutant avec un commerçant, l’auteur comprend vite que les attentats ont impacté sur les ventes dans les magasins de Sidi Bou Said.

Fyletto via Getty Images

 

En passant par Carthage et ses ruines, Peter Beaumont constate un manque ”évident” de touristes avec seulement deux douzaines de touristes étrangers errant sur le site malgré la richesse de celui-ci.

La visite de Carthage est complétée par une visite au musée du Bardo qui fût la scène d’une des deux attaques de 2015. Le musée du Bardo est un ancien palais et, est l’un des musées les plus importants après le musée égyptien du Caire. Il remarque également que le grand musée est bien souvent vide.

 

Enfin, son article s’achève par une description de l’ancienne médina de Tunis, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et qui fut considérée du 12ème au 16ème siècle comme l’une des villes les plus importantes et les plus riches du monde islamique. Pour Peter Beaumont, elle pourrait rivaliser avec la vielle ville de Jérusalem ou le Grand Bazar de Téhéran. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.