MAROC
27/12/2018 17h:55 CET

Quand Roosevelt rendait visite aux troupes américaines au Maroc

Le président américain inaugurait ainsi une longue tradition, observée notamment par Trump en Irak ce mercredi 26 décembre.

ASSOCIATED PRESS

ÉTATS-UNIS - Le 26 décembre, Donald Trump, et son épouse Melania, se sont rendus en Irak pour une visite surprise aux troupes américaines stationnées dans ce pays. Un périple de moins de 24 heures pour le couple présidentiel, effectué à bord de l’Air Force One.

Un itinéraire bien différent de celui de Franklin Delano Roosevelt, qui, en 1943, a non seulement inauguré la tradition de visites présidentielles aux troupes américaines en zone de conflit à l’étranger, a aussi été le premier président des États-Unis à prendre un avion.

Comme l’explique Paul M. Sparrow, directeur de la bibliothèque présidentielle FDR au Washington Post, le périple de Roosevelt était en effet bien différent de celui de Donald Trump, si ce n’est que son déplacement avait également été tenu secret.

Franklin D. Roosevelt, selon la même source, avait ainsi d’abord fait croire aux journalistes qu’il se rendait dans sa résidence secondaire, dans le nord de l’État de New York, avant de prendre secrètement un train à Baltimore le menant à Miami, d’où il a embarqué dans un premier avion. Commencera alors un périple qui ferait trembler tout aérodromophobe.

Parti de Washington le 9 janvier, il arrivera à Casablanca le 14 janvier. Le voyage de Franklin D. Roosevelt aura duré cinq jours au total, souligne le Washington Post. Le journal américain explique que le président démocrate a d’abord effectué un premier voyage de 10 heures vers les îles de Trinité-et-Tobago, avant de se rendre au Brésil, au terme de 9 heures de vol, puis en Gambie. Son quatrième et dernier vol le conduira enfin à Casablanca, après encore 11 heures passées dans les airs.

Visite surprise

Ce voyage présidentiel avait pour but essentiel de réunir le président américain avec le Premier ministre anglais, Winston Churchill, et Charles De Gaulle, avec leurs “commandements militaires”, pour discuter de la stratégie des Alliés. Une réunion désormais connue sous le nom de la Conférence de Casablanca (ou d’Anfa), alors que le Maroc est encore sous protectorat français. À cette occasion, Mohammed V avait défendu pour la première fois l’indépendance du Maroc auprès des Etats-Unis. 

ASSOCIATED PRESS
Le sultan du Maroc, Mohammed V, assis aux côtés de ses hôtes, le président Franklin D. Roosevelt et le Premier ministre Winston Churchill, lors de la conférence de Casablanca, le 31 janvier 1943. Derrière eux, on reconnait le prince héritier Moulay Hassan, non loin du grand vizir ainsi que du chef du protocole du Maroc.

Le président américain profitera de son voyage pour visiter quelques soldats stationnés à Casablanca et Rabat, rapporte le journal américain. Une surprise pour ces derniers qui ne s’attendaient pas à voir arriver le président américain à bord d’une jeep.

Photo 12 via Getty Images
FPG via Getty Images
ASSOCIATED PRESS
Le 30 janvier 1943, à Casablanca, le président Franklin D. Roosevelt passe en revue les troupes américaines.
ASSOCIATED PRESS
Démonstration de force de l'infanterie américaine, sous les yeux de leur commandeur-en-chef, le président Franklin D. Roosevelt, installé dans une jeep, à Casablanca, le 31 janvier 1943.
ASSOCIATED PRESS
Le président américain Franklin D. Roosevelt, accompagné d'officiers de l'armée US, inspecte les troupes américaines à Casablanca, en 1943.

Après avoir rendu visite à plusieurs compagnies et dîné avec des représentants des officiers, le périple de Roosevelt se terminera au cimetière militaire de Mehdia, où il rendra hommage aux soldats américains qui y sont enterrés.

Comme le rapporte le Washington Post, un futur président a accompagné FDR pendant ce déplacement: Dwight Eisenhower. Durant sa première campagne présidentielle, il fera d’ailleurs de la visite aux troupes à l’étranger une promesse de campagne qui sera respectée par Eisenhower et presque tous ses successeurs, jusqu’à ce jour.