TUNISIE
22/05/2018 17h:37 CET

Quand Mohamed Bennani sort de l'oubli l'un des premiers photographes de la Tunisie

Ses clichés ont nourri les recherches sur l’architecture tunisienne à la fin du 19e siècle.

ilbusca via Getty Images

Depuis près de 25 ans, le bibliophile Mohamed Bennani tente de sauver de la poussière l’héritage des oeuvres abandonnées.

Grand collectionneur de photos, il s’est consacré à la recherche et à la découverte des pépites inédites. Parmi ses découvertes figure le photographe Abdelhak Ouertani. Ce nom, certes, n’évoque rien pour certains, pourtant c’est à lui que l’on doit les premières images de la Tunisie, à la fin du 19e siècle. 

Contacté par le HuffPost Tunisie, Mohamed Bennani affirme qu’il s’agit du “photographe indigène” dont les clichés ont nourri les recherches sur l’architecture des mosquées tunisiennes sous le protectorat français. Ce dernier a “appris la photographie en France, auprès des frères Lumières”, a-t-il précisé. 

Ses photos prises entre 1894 et 1895 retracent l’histoire et l’architecture de la Tunisie d’époque. En effet, les colons français ont fait appel à lui pour pénétrer dans les lieux interdits pour les non-musulmans. “Près de 250 photos de lui ont été dénichées” a-t-il noté. C’est une collection inédite, un authentique trésor patrimonial.

Si son nom a été effacé de la mémoire collective, c’est parce que ses photos n’étaient pas marquées, signées. 

De plus, il est mort si jeune, à 26 ans à peine. “Soit un an après avoir pris les photos”, a-t-il révélé. Avec beaucoup d’émotion, Bennani raconte les circonstances terribles de son assassinat. “Engagé en tant que photographe et traducteur, Abdelhak Ouertani a perdu la vie dans une expédition au Sahara avec un groupe de Français” a-t-il expliqué.

Malgré son jeune âge, Abdelhak Ouertani a laissé un important héritage culturel et historique qui mérite d’être reconnu. 

À l’instar d’Abdelhak Ouertani, d’autres photographes comme Mustapha Bouchoucha, ou Gilbert van Raepenbusch (un photographe professionnel en activité en Tunisie durant les années cinquante et soixante) ont séduit Mohamed Bennani. “Je suis le seul à avoir leurs photos” a-t- affirmé. Il a en effet, la collection unique et exclusive de leur photographies ainsi que l’intégralité des négatifs. 

Afin de les faire sortir de l’oubli, Mohamed Bennani reviendra ce mardi 22 mai 2018 à 22 heures au festival Artistes Solidaires pour creuser plus dans leurs histoires et dévoiler leurs oeuvres. Il sera présent à la Maison de l’Image dans le cadre des “Cafés des photographes”, des rencontres animées par le photographe Hamideddine Bouali. C’est une occasion pour les passionnés, les amateurs et les professionnels de la photographie, d’échanger à travers des rencontres-débat autour de la carrière et le travail de photographes tunisiens ou étrangers.

Le festival Artistes Solidaires, qui a pour but d’intégrer des jeunes des quartiers populaires dans le monde de l’art et de la culture, se tiendra durant le mois de ramadan, du 17 mai au 12 juin 2018. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.