MAROC
15/01/2019 12h:20 CET | Actualisé 15/01/2019 15h:03 CET

Une carte du Maroc privée du Sahara, nouvelle casserole politique pour M'jid El Guerrab

Sur le Sahara marocain, sa position "est celle du Quai d’Orsay".

Marianne

POLITIQUE - Une polémique qui n’est pas sans rappeler la campagne législative française de 2017. Alors que la France lance cette semaine dans un climat déjà très tendu son “Grand débat national”, c’est une affaire en parallèle de cet événement qui a attiré l’attention des Marocains.

Dans un communiqué annonçant sa tournée au Maroc à l’occasion de ce grand débat, une carte du Maroc ne montrant que la partie nord du pays a été représentée dans les documents annonçant cette tournée, comme vous pouvez le voir sur cette capture d’écran ci-dessous, depuis supprimée des supports de communication émis par le député de la 9e circonscription des français à l’étranger, M’jid El Guerrab.

Capture d'écran

Sur les réseaux sociaux et dans les mails adressés par le député aux Français à l’étranger, une nouvelle carte sera bien rapidement partagée:

En ligne, certains dénoncent la première publication par le député dans laquelle figure une carte incomplète, sans son Sahara marocain. M’jid El Guerrab se défend d’avoir publié une image du Sahara marocain “tronquée”. “Je tiens à m’excuser auprès de ceux qui ont vu dans cette image une carte tronquée, ce qui n’est pas la cas”, affirme-t-il au HuffPost Maroc, précisant que cette carte représente les villes où il se rendra à l’occasion de cette tournée et indiquant que si la carte du Maroc est tronquée à Agadir, c’est “parce que (sa) tournée se termine à Agadir”.

Interrogé sur sa position sur le Sahara marocain, ce dernier affirme qu’en tant que député français, sa position “est celle du Quai d’Orsay”. Une réponse qu’il ne voudra pas développer davantage, ajoutant simplement: “je suis aussi un binational marocain, j’ai été à plusieurs reprises à Dakhla (...) il n’y a pas de doutes à avoir sur ma position”.

L’affaire ne manque pas d’ironie, au vue de la polémique des législatives française de 2017 qui ont vu la candidate originelle de la 9e circonscription pour LREM, Leila Aichi (Ex-Modem) mise à l’écart par le parti au profit de M’jid El Guerrab. Ce dernier lui avait été préféré suite à des propos de Leïla Aïchi tenus en 2013, dans lesquels la sénatrice s’alarmait “de l’indifférence internationale quant au sort réservé au peuple sahraoui”.“Je n’ai jamais questionné l’intégrité territoriale du Maroc, un grand pays à l’histoire et la civilisation plus que millénaire”, avait rétropédalé Leïla Aïchi devant l’ampleur de la polémique.

Tensions avec le Parti Socialiste

Reste que pour M’jid El Guerrab, cette carte a été utilisée par “d’anciens opposants politiques”, rappelant les tensions qui l’opposent toujours à son ancien parti, le Parti socialiste français. M’jid El Guerrab ajoute que des actions en justice viseront des personnes ayant affirmé que la carte était “tronquée”, notamment des militants du PS au Maroc.

Les tensions avec le PS avaient atteint leur paroxysme en 2017 avec “l’affaire du casque”. Suite à une confrontation avec un ancien collègue de la formation du gauche, Boris Faure, M’jid El Guerrab est accusé d’avoir asséné de “violents coups de casque” au premier secrétaire de la fédération PS des Français de l’étranger. 

“Une instruction est en cours”, indique M’jid El Guerrab, interrogé sur la question par le HuffPost Maroc. “Je respecte la séparation des pouvoirs, donc je ne m’exprimerai pas sur cette affaire, mais j’ai ma version, mes témoins et c’est au juge de décider”, ajoute-t-il. 

Suite à cette affaire, M’jid El Guerrab avait démissionné de la LREM, tout en conservant son siège de député. Il siège désormais parmi les non-inscrits à l’Assemblé nationale. 

Aujourd’hui, à la veille du Grand débat national, celui qui affirme ne représenter “aucun parti” tente l’apaisement, y compris avec ses opposants socialistes: “les Français de l’étranger sont des français à part entière (...) je ne suis pas en campagne, je suis là pour les écouter”, fait-il valoir. La tournée démarre ce 17 janvier et se poursuivra jusqu’au 27 janvier, dans plusieurs villes du royaume.