TUNISIE
08/10/2018 18h:24 CET | Actualisé 08/10/2018 18h:26 CET

Censure: Le gouverneur de Kébili interdit le tournage d'un film...à cause d'un drapeau et de "scènes de guerre"

Quand réalité et fiction s'emmêlent pour certains...

constantgardener via Getty Images
Image d'illustration

La chute de la Maison blanche, New York Battleground ou Made in France... aucun de ces films ne semble inspirer le gouverneur de Kébili Sami El Ghabi. Intervenant ce lundi 8 octobre 2018, ce dernier a affirmé avoir interdit le tournage d’un film dans la zone de Ksar Ghilen à Douz. La raison?

“Dans ce film, il y a des scènes de guerres et de désordre” argue-t-il. “De plus, le réalisateur prévoit de faire descendre le drapeau national et hisser le drapeau de Daech à sa place” regrette-t-il.

Même s’il s’agit d’une oeuvre de fiction, le gouverneur de Kébili ne tolère en aucun cas le fait de toucher au drapeau national. “C’est inadmissible”, martèle-t-il.

Pour lui, cette décision est judicieuse surtout que sa région s’apprête à entamer sa nouvelle saison touristique. À ses yeux, un tel film pourrait nuire à l’image de Ksar Ghilen et semer la confusion.

De son côté, le producteur du film Habib Attiya a fait savoir sur les ondes de Mosaïque Fm qu’il s’agit d’une pure fiction en précisant que ce film a eu l’approbation du ministère de la Culture ainsi que toutes les autres autorisations nécessaires. Selon lui, tout est en règle. 

Attiya a indiqué, par ailleurs, que des pourparlers ont été menés depuis plusieurs semaines avec le gouverneur de Kébili afin de le convaincre et avoir son accord pour tourner le film comme prévu, mais en vain.  

“C’est tellement grave! Ces agissements me font rappeler la censure de l’époque de Ben Ali” déplore-t-il.

Pour Habib Attiya, il suffit juste de jeter un coup d’oeil à nos voisins marocains pour se rendre compte des efforts déployés pour attirer les producteurs étrangers et faire fleurir le cinéma dans la région. 

D’après lui, contrairement aux arguments avancés par le gouverneur, tourner un film à Kébili ne fait que promouvoir le tourisme et faire tourner la roue de l’économie.  

Ayant à son actif plus d’une cinquantaine de film, Habib Attiya explique qu’une telle fiction ne remet pas en doute son patriotisme. Au contraire, c’est à travers la diffusion de films que l’image de la Tunisie pourrait briller de mille feux. “C’est comme ça qu’on luttera contre le terrorisme” souligne-t-il.

De ce fait, Habib Attiya a appelé le gouverneur à revoir sa décision en sollicitant le ministère de l’Intérieur, la présidence du gouvernement et la présidence de la République à prendre part dans cette affaire et agir en vue de trouver une solution à cette impasse. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.