MAROC
08/05/2018 17h:30 CET | Actualisé 08/05/2018 17h:42 CET

Pour nourrir leurs bénéficiaires, la majorité des établissements de protection sociale ne consacrent chaque jour que 5 dirhams par personne

Seuls 3% de ces établissements parviennent à mobiliser 21,9 dirhams par bénéficiaire et par jour.

FADEL SENNA via Getty Images

RAPPORT - Une faille de plus. Le rapport que vient de publier, ce mardi, la Cour des comptes sur les établissements de protection sociale épingle les dépenses “non maîtrisées” de ces structures. Durant la période 2012-2016, ces établissements ont dépensé, indique le rapport, près de 127 millions de dirhams pour l’achat de produits alimentaires, ce qui représente 16% de leurs dépenses de fonctionnement.

Dans le détail, les dépenses alimentaires par établissement, en 2016, varient entre 12.000 dirhams et 1.306.076 dirhams avec une moyenne annuelle de 131.468 dirhams par établissement. En se basant sur les réponses recueillies par la voie d’un questionnaire, la Cour des comptes estime dans son rapport que les dépenses alimentaires ne dépassent pas 2.000 dirhams, soit 5,48 dirhams, par bénéficiaire et par jour pour 60% des établissements de protection sociale.

Seuls 3% de ces établissements parviennent a franchir un pallier de 8000 dirhams, soit 21,9 dirhams, par bénéficiaire et par jour. Cependant, tient à préciser le rapport, “il importe de souligner que ces indicateurs ne reflètent pas réellement les dépenses alimentaires des établissements de protection sociale”. Et pour cause, les dons alimentaires en nature provenant de bienfaiteurs ne sont pas enregistrés.

Mais l’enregistrement et le suivi de ces dons en nature pose, toutefois, problème. Le rapport relève un système de contrôle défaillant et l’absence de critères pour la valorisation de ces dons. Pour la Cour des comptes, ce sont “des facteurs qui ne permettent pas de certifier l’exactitude des valeurs relatives auxdits dons et d’arrêter avec certitude les charges alimentaires”.

LIRE AUSSI: