17/12/2015 10h:52 CET | Actualisé 18/12/2015 07h:21 CET

Une proposition de loi pour créer une agence nationale pour la culture du cannabis

Bientôt une agence nationale pour la culture du cannabis?

SOCIÉTÉ - En matière de légalisation du kif à des fins industrielles et thérapeutiques, le PAM ne lâche rien. Le groupe parlementaire du parti du tracteur a déposé, mercredi 16 décembre à la deuxième chambre du parlement, une proposition de loi visant à créer une agence étatique chargée de vendre les récoltes de cannabis aux sociétés industrielles et groupes pharmaceutiques intéressés.

"Il faut que l'Etat contrôle cette nouvelle économie", lance Mehdi Bensaid, député du PAM qui prône la légalisation du cannabis sous certaines conditions. "Avec cette proposition de loi, on dit que c'est à l'Etat de contrôler la culture du cannabis, pour répondre aux besoins des citoyens qui vivent de cette culture et souffrent de la non-existence d'un cadre juridique", ajoute-t-il.

Cette agence aurait pour mission de racheter la culture du kif aux "kificulteurs" et de la revendre aux éventuels industriels intéressés pour la production de médicaments, tissu, etc. "Quand j'avais lancé le débat au Parlement il y a quelques années, quatre grosses entreprises, notamment suisses et canadiennes, étaient déjà intéressées pour investir dans ce domaine au Maroc", explique M. Bensaid.

L’agence servirait d’intermédiaire afin de réglementer le marché et de responsabiliser l’Etat dans la vente de ce produit. Elle serait composée de membres des ministères de l'Agriculture, de l'Intérieur et de la Santé, mais aussi de la gendarmerie royale et des deux chambres parlementaires, sous la supervision du Chef du gouvernement.

"Manque de vision"

La proposition de loi a pour le moment été déposée au bureau de la commission chargée de ce dossier à la chambre des conseillers, et c'est maintenant à la commission de programmer cette loi pour que le gouvernement vienne en discuter.

"Pour l'instant, il y a un manque de vision mais aussi de courage politique de l'Exécutif sur ce sujet-là", estime M. Bensaid qui rappelle qu'un certain nombre de politiques se sont déjà prononcés pour la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles, comme le ministre de la Santé Houcine El Ouardi. "Ce qu'on fait aujourd'hui en tant que parti d'opposition, c'est qu'on pousse le gouvernement à réfléchir à cette question".

Le Maroc reste aujourd'hui le premier producteur de cannabis du continent africain, et l'un des premiers dans le monde. L'étendue de la culture du cannabis, particulièrement développée dans la région du Rif, a néanmoins diminué en dix ans, passant de 134.000 hectares en 2003 à un peu plus de 47.000 hectares en 2013.

Au cours des derniers mois, l’Uruguay, le Colorado, l'Etat de Washington et l'Alaska avaient opté pour la création de marchés réglementés du cannabis.

LIRE AUSSI:Journée mondiale contre le trafic de drogues: Et si le Maroc légalisait le cannabis? (INTERVIEW)

Galerie photo Légalisation du cannabis: Pour ou Contre? Voyez les images