ALGÉRIE
20/11/2015 08h:25 CET | Actualisé 20/11/2015 08h:25 CET

Promulgation prochaine d'une loi criminalisant l'embrigadement des personnes et leur envoi en zones de conflits

Archives

La législation algérienne relative à la lutte antiterroriste serait renforcée prochainement par la promulgation d'une loi criminalisant tous les actes préparatoires au déplacement des personnes dans les zones de conflits. Une annonce, rapporte l'Agence de presse algérienne (APS), faite le 19 novembre par le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh, au Caire lors de la 31ème session du Conseil des ministres arabes de la Justice.

Les Algériens tentés par "l'aventure jihadiste" au moyen-orient , Mali, Libye ou autre contrés doivent savoir que ces départs ainsi que ceux qui les aide à les prendre savent désormais qu'ils se livrent à des actes criminels réprimés par la loi.

L'Algérie tentera ainsi de couper fermer cette porte ouverte sur l'enfer du terrorisme qui tentent encore quelques jeunes algériens.

LIRE AUSSI: L'Algérie "moins touchée" par le recrutement des jeunes par des organisations terroristes internationales

Le ministre algérien a expliqué, à cet effet, que "la législation algérienne sera renforcée prochainement par la promulgation d'une loi qui criminalise tous les actes préparatoires au déplacement des personnes dans les zones de conflits ainsi que les actes de propagande et d'incitation à la haine à l'effet de recrutement de combattants par le biais d'Internet ou autres moyens de communication".

"Le terrorisme constitue la plus grande menace pour la sécurité de notre nation arabe en raison de son rapport avec des facteurs internes et externes qui alimentent ce phénomène et contribuent à sa prolifération et à son enracinement", a-t-il ajouté.

"A cela s'ajoutent les références doctrinales extrémistes qui confèrent une légitimité aux actes terroristes les plus ignobles, ce qui place la lutte contre le terrorisme parmi les priorités du monde arabe", a-t-il encore précisé le ministre.

"En dépit de tous les efforts nationaux et régionaux, nous assistons aujourd'hui à la recrudescence du phénomène du terrorisme et au drainage, sans précédent, de nombreux jeunes en vue de les emmener dans les zones de conflits. Ces derniers sont influencés par la propagande destructrice diffusée et menée par les groupes terroristes par tous les moyens, notamment les nouvelles technologies de l'information et de la communication", a indiqué le ministre.

"Le phénomène des combattants terroristes étrangers menacent désormais les Etats et attise les conflits internationaux, d'où la nécessité pour notre Conseil de lui accorder tout l'intérêt nécessaire, à travers son introduction à l'ordre du jour du Conseil dans la colonne de la lutte antiterroriste, à l'instar de ce qu'a effectué la communauté internationale et le conseil de sécurité", a poursuivi M. Louh.

Le terrorisme n'est pas la seule menace qui guette notre nation arabe. D'autres défis se dressent devant nous du fait des dysfonctionnements de l'actuel ordre mondial et face au non respect de la légalité internationale et des principes fondateurs de l'ONU, ce qui a mené à l'insécurité, à l'instabilité et à la pauvreté, outre l'exode de milliers de personnes", a fait savoir M. Louh.

"Il est déplorable que le monde arabe ait à vivre une telle tragédie humaine, face à laquelle nous devons intensifier nos efforts et mobiliser nos capacités dans le cadre d'un plan d'action commun qui préserve la dignité de l'individu arabe", a-t-il ajouté.

"Avec la même détermination, nous devons faire face aux autres défis sécuritaires à l'instar de la propagation des armes, le trafic de drogue et la traite humaine, à travers la dynamisation des mécanismes juridiques régionaux, le renforcement de la coopération judiciaire et sécuritaire, la dynamisation de la coopération bilatérale, le développement de l'action des autorités chargées de la mise en oeuvre des lois pour un échange, en temps réel, des informations liées aux réseaux criminels transnationaux et les moyens créés et utilisés pour qu'il n'y ait pas de place aux criminels", a souligné le ministre.

Le ministre a appelé à l'élaboration d'approches pour conférer aux décisions du Conseil d'avantage d'efficacité, ce qui permettra à la Ligue arabe de contribuer activement à l'élaboration d'un système juridique international qui préserve les intérêts du monde arabe, sa stabilité et sa sécurité".

"De ce fait, nous pouvons lancer une réflexion pour tenir une séance spéciale biennale ainsi qu'une réunion ordinaire qui sera consacrée à l'évaluation de la mise en oeuvre effective des conventions qui relèvent des prérogatives du Conseil, notamment la convention de lutte antiterroriste", a préconisé le ministre.

"La question de la paix et de la sécurité dans les pays arabes sont les principaux défis à relever. C'est là une question primordiale, notamment pour les pays qui vivent des situations d'instabilité", a-t-il insisté.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.