MAROC
01/12/2015 11h:53 CET | Actualisé 01/12/2015 12h:09 CET

Maroc: Un programme pour faciliter l'accès aux soins pour les migrants

© REUTERS/Jesus Blasco de Avellaneda
Maroc: Un programme pour faciliter l'accès aux soins pour les migrants

IMMIGRATION – Nouveau programme pour épauler le Maroc dans sa politique migratoire. L’Organisation internationale des migrants (OIM) a présenté ce mardi 1er décembre un programme régional pour faciliter l’accès aux soins pour les migrants en Egypte, en Libye, en Tunisie, au Yémen et au Maroc.

"Le phénomène migratoire représente pour le Maroc un facteur d’enrichissement culturel et un stimulant pour l’activité économique", a souligné d'emblée Mohammed Ali Lahlou, en charge du programme à l’OIM. Signé en mai dernier et opérationnel depuis août, le plan devrait prendre fin en septembre 2017.

Dans le détail, ce projet financé par le ministère des Affaires étrangères finlandais vise à apporter un soutien aux gouvernements des cinq pays concernés dans la gestion de la migration. Il compte assister les autorités nationales pour "mieux gérer les besoins de santé des migrants et renforcer les capacités des structures sanitaires publiques et privées."

Parmi ces mesures figure aussi le partage d’informations auprès des migrants sur les offres de soins de santé auxquels ils ont droit. Enfin, le programme envisage de soutenir les acteurs de la société civile, notamment les représentants des communautés des migrants en vue d’améliorer l’aide aux personnes les plus vulnérables: femmes migrantes, mères célibataires ou encore enfants migrants non accompagnés.

Encore des lacunes à déplorer au niveau international…

Autrefois terre de transit, le royaume est aujourd’hui un pays d’accueil pour les migrants en provenance du Moyen-Orient et de l’Afrique subsaharienne. "Alors que le monde connaît actuellement la plus grande vague migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale, les mesures des politiques migratoires n’ont pas évolué au rythme des défis", regrette Yves Souteyrand, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Maroc. Et de poursuivre: "Le cadre juridique et politique des pays bénéficiaires n’a pas été conçu pour faire face à des besoins de grande échelle. Nous devons établir des données plus fiables afin de pouvoir établir des priorités réalistes, avec par exemple des systèmes de santé dotés de services culturellement et linguistiquement adaptés."

…Malgré des progrès en faveur des migrants au Maroc

Une convention-cadre de partenariat et de coopération a été ratifiée le 26 octobre dernier à Rabat afin que les immigrés et les réfugiés en situation régulière puissent profiter d’une couverture médicale de base et des soins de santé assurant les mêmes prestations que le Régime d’assistance médicale (RAMED).

Avec l’appui du Fonds mondial contre le sida et l’ONUSIDA, le ministère de la Santé a également développé un plan de dépistage et de diagnostic gratuits du VIH et d’autres maladies tropicales telles que le paludisme et la tuberculose: environ 13.000 personnes en ont bénéficié sur l’année 2013.

En 2011, les hôpitaux du royaume avaient adopté un règlement intérieur stipulant que tous les patients et les blessés non-marocains devaient être admis dans les mêmes conditions que les nationaux.

LIRE AUSSI: