ALGÉRIE
19/08/2018 16h:45 CET

Prix littéraire de l'Escale d'Alger: "1994", "Promesse de bandit" et "Cubaniya" parmi 13 romans présélectionnés

DR

13 romans ont été pré-sélectionnés pour le Prix littéraire de l’Escale d’Alger, dont la cinquième édition se tiendra jeudi 11 octobre 2018 à l’hôtel Sofitel Hamma Garden, à Alger, a annoncé le jury dans un communiqué.

Le Prix de l’Escale d’Alger vise à mettre en lumière le roman d’un auteur algérien, vivant et publiant en Algérie. En plus du Prix, le jury décerne habituellement un “Coup de cœur” pour encourager un second candidat.

Le lauréat du Premier prix sera récompensé de 300.000 Da, financé par des sponsors, avec une participation au salon littéraire Maghreb du livre.

Pour cette 5e édition, le jury, composé de huit journalistes ou écrivains algériens et français, a procédé à une première sélection de 13 romans, à partir de livres édités en Algérie entre juillet 2017 et juillet 2018.

Il s’agit de “La Fatwa” de Mustapha Bouchareb, édité aux éditions Chihad, “La Colombe de Kant” de Aïcha Kassoul, édité aux éditions Casbah, Le Roman des Pôv’cheveux de Lynda Chouiten, édité aux éditions El Kalima, “Le Soleil n’était pas obligé” de Saad Khiari (Hibr), “Cubaniya” de Jaoudet Gassouma (Chihab), 1994 de Adlène Meddi (Barzakh), “Pupille” de Riadh Hadir (ANEP), “Au secours Morphée !”  de Akram El Kébir (APIC), “Le temps de mourir” de Said Oussad (Frantz Fanon), “Promesse de bandit” de Ahmed Gasmia (Frantz Fanon), “Nomade Brulant” de Amina Mekahli (ANEP), “Le fils à maman” de Nadjib Stambouli (Casbah) et “Alunissons” de Lynda Handala (Dalimen). 

Pour sa première édition en 2013, le Prix “Escale littéraire” avait primé les auteurs Habib Ayoub pour son roman “Le remonteur d’Horloge” édité toujours chez Barzakh et Sarah Haider pour son roman “Virgule en trombes” édité chez APIC.

La distinction a été remportée en 2014 par Kamel Daoud pour son roman “Meursault, Contre-enquête”.

Leila Hamoutene à été distinguée en 2015, pour son roman “Le châle de Zeineb” et l’écrivain Mohamed Sari remportait la 4e édition en 2016 pour son roman “Pluies d’or”, paru aux éditions Chihab. 

Le Prix récompense notamment les auteurs francophones, faute de jury volontaire pour distinguer des auteurs arabophones, expliquaient les organisateurs.