TUNISIE
05/08/2018 11h:29 CET

Prière à l'avenue Habib Bourguiba: le ministère de l'Intérieur réagit

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblée à l’avenue, effectuant une prière de rue à l’appel de la prière d’El Asr après avoir manifesté contre le rapport de la COLIBE.

En réaction à l’accomplissement de la prière à l’avenue Habib Bourguiba en marge d’une manifestation autorisée, organisée vendredi par un parti politique, le ministère de l’Intérieur a déclaré avoir pris toutes les mesures nécessaires pour poursuivre les contrevenants.

   Il s’agit ” d’une violation de la loi ”, selon un communiqué rendu public samedi par le ministère de l’Intérieur.

   Tout en réaffirmant son attachement à préserver les droits constitutionnels et juridiques relatifs à la liberté d’expression, le département de l’Intérieur appelle l’ensemble des partis et les composantes de la société civile à respecter les lois et les réglementations en vigueur.   

   Le Courant ” al-Mahaba ” a organisé, vendredi après-midi, à l’Avenue Habib Bourguiba, une marche pour réclamer ” l’annulation définitive ” du rapport de la Commission des libertés individuelles et de l’Egalité (Colibe).

   L’Association tunisienne des imams prédicateurs a pris part à la manifestation.

Au mois de mai 2011,  plusieurs islamistes avaient occupé l’avenue Habib Bourguiba et y avaient effectué une prière collective, amenant le ministère de l’Intérieur à interdire, depuis, ce genre de pratiques.

Dans une interview accordée jeudi à Shems FM, Hechmi Hamdi a eu des propos violents à l’encontre de la députée Bochra Bel Haj Hmida et du président de la République Béji Caid Essebsi.

“Le peuple tunisien est face à deux options: le Coran ou Bochra Bel Haj Hmida et Béji Caïd Essebsi” avait-il affirmé en qualifiant le rapport de “honteux” et “déshonorant”. “Le peuple doit absolument protester et remettre Bochra Bel Haj Hmida et Béji Caïd Essebsi à leur place” avait-il appelé.

Remis au président de la République le 8 juin, le rapport de la Colibe propose une panoplie de mesures visant à concrétiser les libertés individuelles et l’égalité consacrées dans la Constitution tunisienne. Les propositions englobent plusieurs aspects: l’homosexualité, l’égalité dans l’héritage, les inégalités hommes-femmes au sein de la famille, etc. 

Depuis sa publication, le rapport de la Colibe soulève le débat. Ainsi, si pour certain, ce rapport semble aller trop loin en terme de droits et libertés individuelles en s’attaquant aux principes fondamentales de l’Islam. D’autres estiment que la Tunisie a osé toucher à des tabous et réussi à prendre des décisions révolutionnaires, en phase avec la modernité tout en respectant le texte sacré.  

 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.