08/03/2019 15h:51 CET | Actualisé 08/03/2019 17h:02 CET

Prestigia fête la femme à travers l’exposition "Emulation"

Une exposition qui propose les oeuvres de 17 artistes marocaines.

ART - À l’occasion de la célébration de la journée internationale de la femme, la galerie de l’immobilier Prestigia Anfa accueille du 8 mars au 4 avril 2019, l’exposition ”Emulation, le propos de la femme artiste”. Une exposition qui propose les peintures de 17 artistes marocaines: Chaibia Tallal, Fatna El Gbouri, Malika Agueznay, Najia Mehadji, Meryem El Alj, Fathiya Tahiri, Safaa Erruas, Lamia Naji, Amina Benbouchta, Zoulikha Bouabdellah, Houda Terjuman, Chourouk Hriech, Fatime Zahra Morjani, Yacout Kabbaj, Mouna Charrat, Narjiss El Joubari et Sanae Arraqas.

Sans titre, 2002, Fatna El Gbouri.

Montée par le commissaire Mehdi Hajd Khalifa, l’exposition représente un aperçu chronologique subjectif de l’art réalisé par des femmes et permet de “déceler des thématiques et des esthétiques communes qui, dès les années soixante à nos jours, font preuve d’une remarquable évolution”.

Sans titre, Chaïbia Tallal.

“En tant que commissaire d’exposition, ma passion et mon engagement étant l’art marocain, il me semblait plus que nécessaire de dédier une exposition aux femmes”, nous dit Mehdi Hajd Khalifa à la veille du 8 mars. “Dans cette exposition il était très important de montrer les différents paradigmes de l’art féminin à travers des figures féminines. Il y a une pluralité de travaux, d’époques aussi, on est sur trois générations différentes de Chaibia Tallal à Yacout Kabbaj, on est sur trois arts différents et trois technicités différentes aussi”, poursuit-il.

Sans titre, 2011, Fathiya Tahiri.

Prestigia, un révélateur de la richesse culturelle du Maroc

Depuis sa création en 2015, la galerie de l’immobilier Prestigia Anfa place le rayonnement du patrimoine national au coeur de sa démarche en dédiant un étage entier à des manifestations culturelles pour la promotion de l’art. À l’occasion de la journée internationale de la femme, la galerie a souhaité montrer l’art pensé par la femme marocaine, qui contribue à travers des oeuvres à démontrer sa capacité à améliorer la société.

Sans titre, 2015, Amina Benbouchta.

“Prestigia a une envie de soutenir le patrimoine immatériel marocain et de suivre aussi la mission du roi Mohammed VI et de son discours dans lequel le souverain souligne l’importance de prendre en compte et défendre le patrimoine du pays. C’est quelque chose qu’on ressent et la marque avant aujourd’hui a toujours été sensible au patrimoine immatériel, notamment en dédiant une fabuleuse exposition rétrospective à Glaoui et en consacrant une autre aux bijoux historiques marocains”, rappelle le commissaire d’exposition.

Antiope, 2017, Zoulikha Bouabdellah

“En ne choisissant d’exposer que des femmes, cette exposition se veut une tentative dans le paysage artistique du pays, de voir la force, la sensibilité et l’inventivité d’une sélection finement choisie d’artistes femmes du Maroc”.