LES BLOGS
11/09/2019 15h:57 CET | Actualisé 12/09/2019 13h:53 CET

Présidentielles 2019 : Probité et Abnégation motiveront le choix de l’électeur tunisien pour A.Zbidi

La pléthore des candidats à la magistrature suprême de la Tunisie, a fourvoyé l’électeur tunisien et le bon père de famille.

FETHI BELAID via Getty Images

La Tunisie d’aujourd’hui a inexorablement besoin d’un président qui serait  le pole de ralliement autour duquel se regrouperont les forces démocratiques…et pour l’heure un seul candidat pourrait réaliser cet exploit digne des douze (12) travaux d’Hercule.

Hélas, la pléthore des candidats à la magistrature suprême du pays, a fourvoyé l’électeur tunisien et le bon père de famille.

Il est désormais évident que l’heure est venue pour réveiller les consciences de foules anesthésiées par la manipulation mentale de candidats brillants orateurs mais aux idéologies et ambitions dévastatrices…on en a eu la preuve indéniable lors des débats télévisés. 

Lors de ces débats télévisés, tant controversé, tous ont fait en toute conscience et connaissance de cause le choix de phrases creuses, et non contraignantes…une grande déception…à une exception prés.

La Tunisie n’a plus besoin de cette race de personnel politique, sont temps est révolu, place à l’action et à la concrétisation des promesses !

D’autres aspirants ont même cristallisé les fantasmes et les conflits socioculturels et économiques du pays attisant ainsi la braise et exacerbant les craintes et peurs du tunisien quant à sont avenir et le devenir du pays.

Fort heureusement, certains candidats émergent du lot et ont accoutumé à l’ombre leurs adversaires….juste une toute petite poignée…juste un seul.

Ce candidat a fait l’exception, alors que les autres c’est plutôt l’exception qui les a faits et pèchent par leur coté trop manichéen avec une vision court-termiste sur les soucis majeurs des citoyens.

Notre prétendant, sa souffrance, cachée, est ressorti, brusquement, au détour d’une interview…il a ému tout le peuple tunisien.

D’une probité exceptionnelle, il serait le favori des élections… et depuis le capital sympathie et la compassion à son égard n’ont cessé de croitre.

Bien que indépendant, ce candidat bénéficie du soutien de partis politiques bien ancrés dans la scène politique du pays, et a aussi la bénédiction d’organisation nationales, et surtout le parrainage de la classe intellectuelle tunisienne et de l’intelligentsia du pays. 

Après prés de huit (8) années d’exercices politiques et de démocratie, devenue un mot vain, et de guerre déclarée contre la corruption, qui a plutôt pris l’allure d’une guéguerre de règlement de comptes, l’électeur tunisien avisé a éminemment pris conscience de l’importance de la probité et de l’intégrité du futur locataire de Carthage.

Ainsi le choix se rétrécit entre deux (2) candidats, que je ne citerais pas ici pour des motifs d’éthique journalistique.

Au demeurant, un seul candidat a rejeté l’exclusion de la vie politique de quelque parti que ce soit, et qui pourrait rallier les bonnes consciences et forces positives et constructives du pays…il sera indubitablement  le choix du bon père de famille.

Plusieurs milices des réseaux sociaux ont vainement essayé d’étouffer les flammes de ce phénix…mais que dalle, l’électeur n’est pas aussi dupe et naïf qu’on le croit.

Et de finir, les cinq (5) annÉes à venir seront  de nouvelles annus horribilis pour la Tunisie, si par un mauvais coup du destin, le nouveau locataire de Carthage n’est pas celui qui a actuellement le vent en poupe.

A bon entendeur demi-mot.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.