ALGÉRIE
06/06/2018 03h:46 CET

Préparations au Mondial-2018 : le match Israël-Argentine à Jérusalem annulé

Juan Medina / Reuters

Le match amical de préparation au Mondial-2018 de football entre Israël et l’Argentine de Lionel Messi, prévu initialement samedi à Jérusalem, a été annulé, mardi 5 juin 2018. La tenue de cette rencontre faisait polémique en raison de l’occupation israélienne et de ses crimes perpétrés dans les territoires palestiniens.

L’ambassade d’Israël en Argentine a donné comme motif “des menaces contre le capitaine argentin Lionel Messi, qui ont logiquement suscité la crainte de ses pairs. Les Palestiniens ont demandé à l’attaquant du FC Barcelone de ne pas jouer cette rencontre pour ne pas “légitimer la politique israélienne”.

 

HAZEM BADER via Getty Images

 

Selon Jorge Faurie, ministre argentin des Affaires étrangères, “les joueurs de la sélection ne souhaiteraient pas jouer” cette rencontre. “Même le sélectionneur a demandé qu’il n’y ait pas d’autre rencontre et que la sélection se concentre sur le premier match en Russie, le 16 juin”,, a-t-il ajouté à Washington, en marge d’une réunion de l’Organisation des Etats américains (OEA), faisant référence à Jorge Sampaoli, opposé depuis le premier instant à ce match.

“Crimes de l’occupation”

Le président de la Fédération palestinienne de football, Jibril Rajoub, a demandé cela fait plusieurs jours à Lionel Messi de ne pas participer au match. Il a appelé à bruler ses maillots et ses posters s’il jouait. Il s’agissait du dernier match de préparation de l’Argentine avant la Coupe du monde, que l’Albiceleste débutera contre l’Islande dans le groupe D.

″[Lionel] Messi est un symbole de paix et d’amour, nous lui demandons de ne pas participer au blanchiment des crimes de l’occupation ” israélienne, a affirmé le président de la Fédération palestinienne.

La polémique a augmenté mardi, après que des opposants à la rencontre ont brandi des maillots argentins tâchés de sang, en marge d’un entraînement de la sélection à Barcelone. “Messi, ne joue pas”, ont crié des manifestants au bord du terrain d’entraînement.

“Faire ce qu’il convenait”

“Finalement, nous avons pu faire ce qu’il convenait. D’abord la santé et le sens commun. Nous croyons que le mieux était de ne pas y aller”, a déclaré l’attaquant Gonzalo Higuain, premier joueur à s’exprimer.

Depuis l’annonce du match en Israël, le sélectionneur Jorge Sampaoli ruminait: “Ce n’est pas moi qui décide quand on joue et contre qui”, avait-il lâché en conférence de presse après la victoire 4-0 contre Haïti, le 29 mai à Buenos Aires.