MAROC
02/12/2015 14h:32 CET | Actualisé 04/12/2015 05h:38 CET

"Le premier Marocain dans l'espace", l'épopée futuriste (et artistique) de Ayoub Qanir

DR
L'acteur Assaad Bouab campe le rôle d'Ali, premier Marocain dans l'espace, dans l'épopée futuriste de Ayoub Qanir

PROJET ARTISTIQUE - Et si un jeune prodige marocain partait à la découverte d'un nouvel univers, dans 150 ans? C'est le thème choisi par le réalisateur maroco-américain Ayoub Qanir, qui vient d'annoncer le lancement d'un nouveau projet artistique ambitieux.

La première phase de ce projet est la parution d'un roman graphique, qui sera ensuite décliné en jeu vidéo puis en film. Le roman graphique, sorte de bande dessinée long format, sera publié en août prochain à l'occasion de la fête de la jeunesse.

Un projet original

Cette "épopée" artistique, conçue par le réalisateur de la récente bande dessinée "La Marche Verte" produite par Marvel, mettra en vedette les acteurs anglais David Baillie (de "Pirates des Caraïbes") et Duran Fulton Brown ("Jason Bourne"), et les acteurs marocains Assaad Bouab, qui interprètera le rôle principal, et Mohamed Khouyi, son père. Le casting est complété par Hafid Stitou, Amina Coghlan et Ouidad Elma.

"C’était important de démarrer le projet avec un jeune homme marocain d'envergure internationale, avec une certaine sensibilité et une certaine naïveté dans le regard, quelqu'un a qui le public pourra faire confiance. Je n'avais aucun doute sur mon choix d'Assaad", explique Ayoub Qanir au HuffPost Maroc. "Une décision très similaire a suivi pour le grand acteur Mohamed Khouyi qui lui aussi dégage une confiance et qui a une présence incontournable".

LIRE AUSSI:Le réalisateur marocain Ayoub Qanir publie une bande-dessinée pour le quarantenaire de la Marche verte

L'originalité du projet développé par Ayoub Qanir réside à la fois dans la déclinaison du concept en trois formes d'expression artistique (bande dessinée, jeu vidéo et long métrage) et dans le choix de faire jouer des acteurs internationaux et nationaux qui prêteront leur visage aux personnages du roman graphique.

Le réalisateur fera jouer les acteurs qu’il filmera sur fond vert pour que l’histoire "ait plus de profondeur et d'émotion réelle". Pour rappel, le procédé du fond vert en cinéma ou photographie, permet l'incrustation d'un fond ou d'effets spéciaux sur l'image.

D'un univers à l'autre

L'histoire est celle d'un jeune Casablancais né en 2155, Ali, qui se découvre une passion pour les sciences et la photosynthèse. Il finit par trouver une formule révolutionnaire qui lui permet de changer les corps en lumière, sorte de première étape vers la téléportation. La NASA le repère et décide de l'envoyer en expédition spatiale à la découverte d'un nouvel univers.

Assaad Bouab, qui campe le rôle d'Ali, explique au HuffPost Maroc qu'il a tout de suite accepté le rôle proposé par Ayoub Qanir. "C'est un projet ambitieux qui m'a beaucoup plu. Gamin, l'espace me faisait rêver. Le script a réveillé des choses en moi", confie l'acteur, fasciné par le personnage principal, sorte de "super-héros" du futur.

"L’idée de ce projet est venue d’une envie profonde de faire partie de l’exploration scientifique au-delà de notre planète: ou ce que l’on appelle aussi la prochaine frontière humaine, à savoir l’espace", nous explique Ayoub Qanir.

Conquête spatiale

"Nous vivons un moment pertinent pour l’exploration spatiale, où le congrès américain vient d’approuver, le mois dernier et pour la première fois dans l’histoire, le 'Space Act of 2015' accordant l’exploitation spatiale aux compagnies privées. Nous espérons, à travers notre projet, lancer un message d’espoir, partager nos points culturels forts et notre ADN intellectuel avec le monde", ajoute le réalisateur.

Avec ce projet, Ayoub Qanir veut ainsi susciter l'engouement des jeunes Marocains pour la science et la conquête spatiale, un thème toujours très prisé par le cinéma international, avec les récents "Gravity" ou "Avatar", qui ont raflé respectivement 7 et 3 Oscars en 2014 et 2010. Le jeune réalisateur veut également lancer l'idée d'une "Fondation royale marocaine de l’exploration spatiale" et rendre hommage au travail de Rajaa Cherkaoui au Grand collisionneur de hadrons, le plus puissant accélérateur de particules au monde, ainsi qu'à Kamal Oudrhiri et Asmae Boujibar, à l’agence spatiale américaine (NASA).

Le projet sera présenté lors d'une conférence au Festival international du film de Marrakech le 10 décembre avant la sortie du roman graphique le 21 août. "Nous n'allons pas précipiter les étapes. Nous voulons suivre un esprit organique et naturel de développement. Pour le moment, nous nous concentrons sur la première phase", indique Ayoub Qanir. "Pour la deuxième et troisième phase (le jeu vidéo et le film), nous avancerons graduellement afin de respecter les critères de qualité".

Le réalisateur, qui a récemment été décoré par le roi, avait déjà pris part au festival de Marrakech lors de l'édition 2014 pour présenter son court métrage "Artificio Conceal".

LIRE AUSSI:Ayoub Qanir, un réalisateur marocain à Cannes

Galerie photo Dix films cultes marocains Voyez les images