MAROC
10/06/2018 12h:44 CET

Bientôt une rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump ?

Trump se tournerait-il vers duo Kim Jong-un, Poutine pour faire face à Macron et Trudeau ?

AFP

INTERNATIONAL - Après sa rencontre historique avec Kim Jong-un prévue le 12 juin prochain, Donald Trump pourrait bien s’entretenir avec Vladimir Poutine. Le président russe a annoncé ce dimanche qu’il était prêt à rencontrer son homologue américain “dès que” celui-ci sera disposé à “un sommet entre les deux dirigeants”. 


“Dès que la partie américaine sera prête, cette réunion aura lieu, en fonction de mon emploi du temps, bien entendu”, a affirmé Poutine à des journalistes lors de son déplacement en Chine, dans le cadre du Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) qui se tient dans la ville côtière de Qingdao. “Le président américain a lui-même dit et répété qu’il considérait utile une telle rencontre. Je peux le confirmer. C’est vrai”, a ajouté le président russe. 

Bientôt un sommet Trump-Poutine à Vienne ?

Poutine a également relevé qu’il n’avait pas discuté avec Donald Trump du lieu où pourrait se tenir la rencontre, mais que “beaucoup” de pays étaient prêts à l’accueillir, notamment l’Autriche.

Selon le Wall Street Journal, le président russe a demandé au chancelier autrichien Sebastian Kurz, lors d’une visite à Vienne en début de semaine, d’aider à organiser un sommet du type que Washington envisage. 

Il est à rappeler qu’en dépit des sanctions européennes contre la Russie, l’Autriche est restée proche de Moscou et, à l’inverse de plusieurs autres pays européens, n’a pas expulsé de diplomate russe à la suite de l’empoisonnement en mars au Royaume-Uni d’un ancien agent secret russe et de sa fille. 

Kim Jong-un et Poutine pour faire face au duo Trudeau/ Macron ?

Donald Traump s’est attiré les foudres de Justin Trudeau et Emmanuel Macron, lors du sommet du G7 qui se tenait au Canada, notamment à cause d’un changement inattendu des positions américaines concernant les taxes sur l’importation d’acier, suivi par une série de tweets incendiaires qu’il a publiés. Il semble s’être tourné désormais vers des la Corée du Nord et la Russie.

“La coopération internationale ne peut dépendre des colères et des petits mots”, a réagi l’Elysée ce dimanche 10 juin sur franceinfo, affirmant que “la France et l’Europe maintiennent leur soutien” au communiqué commun du G7, “tout comme nous l’espérons l’ensemble des signataires”.

Les tweets de la discorde

Après avoir quitté le sommet du G7, le président américain a tweeté, hier, depuis Air Force One: “En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j’ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain!”.

Dans un second tweet, Trump a même traité le premier ministre canadien de “faible” quelques heures seulement après avoir vanté leurs relations en leur donnant la note de “10 sur 10”.

Donald Trump qui a, d’ailleurs, quitté le sommet du G7 en avance pour se rendre à Singapour, n’a jamais caché qu’il donnait la priorité à sa rencontre de mardi avec Kim Jong-Un. “C’est une occasion unique” d’arriver à un accord nucléaire avec Pyongyang qui “ne se représentera jamais”, a-t-il assuré.