LES BLOGS
10/08/2018 14h:02 CET | Actualisé 10/08/2018 14h:02 CET

Pourquoi une forte mobilisation en soutien à la COLIBE est-elle nécessaire?

De la mobilisation du 13 août dépendra la survie et l’impact du rapport de la Colibe et certainement bien plus encore.

Anis Mili / Reuters

La campagne de désinformation et de dénigrement contre la Colibe bat son plein ces dernières semaines.

À travers une campagne médiatique, savamment orchestrée, les mensonges sur ce rapport continuent de pulluler ici et là tentant de convaincre l’opinion publique de l’enterrer, sans pour autant avoir cerné son contenu.

Yassine Bellamine

 

Pire encore, un ensemble d’associations suspectes, qui continue d’avoir pignon sur rue, fait aujourd’hui le forcing auprès des citoyens pour organiser une marche contre le rapport, à base d’accusations mensongères sur la teneur du rapport, colportant ragots et fausses informations. 

 

Plus que jamais, il est primordial que les forces vives de la nation s’unissent, non pas pour les beaux yeux de Bochra Bel Haj Hmida et des membres de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité, mais pour enfin mettre un terme à un ensemble de lois caduques, qui ne sont pas en conformité avec la constitution, qui ne correspondent plus à la réalité du pays mais également pour montrer à la scène politique actuelle, qui instrumentalise nos libertés, que les Tunisiens sont encore prêts à se mobiliser face des questions essentielles.

La mise à mort programmée de la Colibe: Le jeu de dupe de Béji Caid Essebsi

Soyons clairs: Béji Caid Essebsi n’a à aucun moment soutenu la Colibe.

Quand bien même Bochra Bel Haj Hmida, l’a ménagé, il est le principal responsable de l’envenimement de la situation. Pourquoi? Pour plusieurs raisons.

D’abord le timing:

Ne pas publier le rapport avant le 08 juin, pour que celui-ci ne soit pas exploité politiquement lors des municipales, semblait être une bonne idée. 

Mais, cette décision va être lourde de conséquences. En faisant miroiter une décision importante pour le 13 août, le président de la République a mis le couteau sous la gorge de la Colibe: Devoir expliquer 230 pages de réformes qui touchent à des questions aussi sensibles que les libertés individuelles en près de 2 mois dans un contexte politique tendu et dans une période où les citoyens sont loin de ces préoccupations, était-ce réellement un cadeau?

Assurément non!

En agissant ainsi, Béji Caid Essebsi savait exactement ce qu’il faisait: Livrer en pâture la Colibe et ses membres aux plus conservateurs, aux fanatiques identitaires religieux, capables de se mettre en rang serré, sans pour autant avoir lu le rapport.

Ensuite l’absence de soutien:

Lorsque Béji Caid Essebsi proposa à cette commission de rédiger ce rapport, d’aucun ne s’attendait à une absence de prise de position de sa part.

Pire encore, il aura fait miroiter à son électorat déçu par son mandat, qu’enfin, il reprenait les choses en main. Que Nenni! 

Alors qu’on l’attendait au front, Béji Caid Essebsi a brillé par son absence.

En laissant, les membres de la Colibe patauger seuls pour défendre leur rapport, en ne leur proposant même pas un accompagnement en terme de communication, ni en appuyant politiquement leurs propositions par le biais du parti qu’il a fondé et qu’il utilise -pourtant- à d’autres fins, Béji Caid Essebsi a été un fin tacticien politique, en voulant que les choses se passent ainsi.

Enfin: Jouer le rôle du Messie

C’est un secret de polichinelle: Béji Caid Essebsi veut faire comme Bourguiba! Il veut marquer l’histoire de la Tunisie. C’est son rêve, son obsession, peut-être même sa dernière quête, sa dernière chance.

Or politiquement, en fin tacticien, il sait pertinemment, au vu du casting de la Colibe, et en l’absence d’une communication sans faille, qu’un tel rapport serait sujet à polémique, galvaniserait l’aile droite d’Ennahdha et tomberait sous le joug de la question identitaire voire religieuse.

En somme, il aurait fallu attendre des mois de débats pour espérer voir une version de ce rapport discutée à l’ARP.

Vous pensiez réellement que le président de la République voulait d’un tel rapport? Au fond oui. Dans la pratique, il savait que ses chances d’aboutir ne tiennent qu’à une hypothétique forte mobilisation populaire.

D’où son tant attendu fameux discours du 13 août.

Dans celui-ci, le président de la République ne retiendra qu’une seule et unique proposition du rapport, celle qui lui tient le plus à coeur: l’égalité dans l’héritage.

Tout le reste, sera jeté aux oubliettes à moins que la rue n’en décide autrement.

Ainsi, il aura réussi son tour de force tout en ménageant ses partenaires/adversaires politiques, principalement Ennahdha, en pratiquant la fameuse politique de Bourguiba: “La politique des étapes” (سياسة المراحل؛ خوذ وطالب).

Il gagnera son pari de rentrer dans l’histoire du pays, tout en préservant ses intérêts politiques, en laissant les portes ouvertes à toute éventualité pour 2019 en s’épargnant une prise de position qui l’aurait probablement fragilisé auprès d’une frange de la population.

La mobilisation du 13 août, le va-tout de la Colibe

En 2013, lors du rassemblement du Bardo (Rassemble Errahil), qui, lors des premiers jours, pensait réellement que les choses changeraient? Personne, excepté, quelques rares idéalistes qui avaient pris possession des lieux matin,midi,soir jusqu’à ce qu’un élan populaire d’envergure ait pris forme obligeant les partis à se positionner et à le renforcer.

 

La manifestation du 13 août aura, sur la forme, les mêmes enjeux, même si le contexte politique était complètement différent.

Si les forces réactionnaires sont au rendez-vous, ce sera la capacité de mobilisation des forces progressistes qui fera l’avenir de ce rapport.

Les Tunisiens sont-ils encore capables de se mobiliser pour leur avenir? Pour leurs libertés? Pour les générations futures? Auront-ils l’endurance nécessaire comme en 2013? Réussiront-ils à faire plier et à rallier à leur cause les partis politiques dits “progressistes” en prélude à la campagne électorale de 2019? Mieux encore, cette mobilisation pourra-t-elle augurer d’une nouvelle force politique pour 2019?

De la mobilisation du 13 août dépendra la survie et l’impact du rapport de la Colibe et certainement bien plus encore.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.