TUNISIE
24/05/2019 14h:25 CET

Pourquoi "Mektoub, My Love:Intermezzo" ne sortira sans doute jamais en salles tel quel

Le nouveau Abdellatif Kechiche, projeté au festival de Cannes 2019, a choqué. Mais les spectateurs verront-ils le même film au cinéma?

Le HuffPost

FESTIVAL DE CANNES - À chaque grand festival, sa polémique. Avant ce jeudi 23 mai, la sélection de cette 72e édition du Festival de Cannes était assez unanimement encensée par la presse, merci Pedro Almodovar, Quentin Tarantino et Bong Joon-ho. Mais la projection du “Mektoub, My Love: Intermezzo” d’Abdellatif Kechiche a changé la donne en cet avant-dernier jour de compétition.

Pendant 3h30, le réalisateur franco-tunisien a plongé les spectateurs du Festival dans une boîte de nuit au vacarme assourdissant, fixant hagard les corps et surtout les fesses des actrices qui dansent. Plan serré, contre-plongée... Jamais on aura vu autant de derrières, d’aussi près et sous tous les angles, au cinéma. Sur Twitter, une journaliste a tenté de recenser ces scènes, il y en aurait 178! 

Et Kechiche ne s’arrête pas là. Il entrecoupe son “récit” d’une scène de cunnilingus non simulé longue d’une quinzaine de minutes où, une fois encore, aucun angle ne nous est épargné.

Une sorte de combinaison ultime de la scène de sexe de “La Vie d’Adèle” et du male gaze de “Mektoub, My Love: Canto Uno” qui avait déjà tant déchaîné les critiques et qui a laissé ce jeudi les spectateurs sortir sonnés au beau milieu de la nuit.

Abdellatif Kechiche choque

À la sortie de la projection, le film fait débat. “Mektoub, My Love: Intermezzo” a-t-il vraiment sa place au Festival de Cannes? Thierry Frémaux cherchait-il une polémique aussi grande que celle déclenchée par “Irrévisible” de Gaspard Noé en 2002?

Sur la Croisette, il se murmure que le film projeté ce jeudi 23 mai n’est pas tout à fait celui qu’avait vu le délégué général. Ajouté le 2 mai dernier à la sélection officielle, le long-métrage d’Abdellatif Kechiche était encore en montage jusqu’à quelques jours avant sa projection. Lundi 21 mai, le Festival de Cannes avait d’ailleurs annoncé que la durée finale du finale, d’abord annoncé à 4h, serait en fait de 3h28.

Les actrices et les acteurs de ce film n’avaient, eux non plus, pas vu le film avant sa projection dans les salles du Palais du Festival. La jeune Ophélie Bau, nommé dans la catégorie meilleur espoir féminin aux César pour son rôle dans le premier volet, aurait pourtant insisté auprès du réalisateur de visionner la scène crue du cunnilingus, mais le réalisateur n’a pas cédé. Si la jeune fille a bien monté les marches aux côtés du casting, elle n’a finalement même pas assisté à la projection.

Un montage non définitif

L’étape Festival passée, reste à savoir quel film verront les spectateurs lors de la sortie au cinéma. “On ne peut se figurer à quoi ressemblera le même ’Mektoub My Love : Intermezzo tel que d’autres spectateurs le découvriront demain, ou dans trois ou six mois, lorsqu’il sortira en salles”, écrit notamment Libération. Entre la Mostra de Venise où il avait été présenté en septembre 2017 et sa sortie publique en mars 2018, “Canto Uno” avait lui été coupé de 15 minutes par exemple.

Tout porte à croire que le montage du long-métrage, présenté à Cannes sans générique ni mixage définitif, va encore bouger. Ne serait-ce que pour passer à travers les filets de la commission de classification des oeuvres du CNC qui délivre les visas d’exploitation et prévoit d’interdire aux moins de 18 ans un film qui “comporte des scènes de sexe non simulées ou de très grande violence” comme c’est le cas dans le “Mektoub, My Love: Intermezzo” projeté à Cannes.

Distribué par Pathé comme pour son premier volet (les deux films ont d’ailleurs été tournés dans la foulée, à l’automne-hiver 2016), aucune date de sortie au cinéma n’a pour le moment été annoncée pour le nouveau long-métrage d’Abdellatif Kechiche.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.