TUNISIE
30/04/2018 17h:42 CET

Pourquoi les cliniques privées ont décidé d'augmenter les tarifs des interventions chirurgicales?

Pour le ministère des Affaires sociales et la CNAM, cette augmentation est contraire à la convention.

PeopleImages via Getty Images

La décision est prise. Les tarifs des interventions chirurgicales seront augmentés de 30% à partir du 1er mai courant, a indiqué, vendredi, la chambre syndicale nationale des cliniques privées. La nouvelle tombe comme un coup de tonnerre. Pourquoi cette hausse? Est-ce une décision unilatérale?

Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, le président de la chambre syndicale nationale des cliniques privées, Boubaker Zakhama est revenu sur cette décision afin de donner plus d’explications à ce sujet.

“Nous voulons nous aligner avec les hôpitaux publics” a-t-il souligné. Selon lui, les tarifs conventionnels ont été gelés depuis près de 23 ans et semblent insuffisants pour couvrir les charges. Il a expliqué que les dépenses d’une intervention chirurgicale cardiovasculaire est estimée à 12 mille dinars alors que le plafond de remboursement fixé par la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) s’élève à seulement 6 mille dinars. “Tandis que pour les hôpitaux publics, le plafond est de 8 mille dinars” a-t-il précisé en ajoutant que cette hausse a été adoptée depuis environ deux ans.

Pour Zakhama, cette augmentation de 30% est indispensable pour sauver le secteur qui traverse depuis peu des turbulences. Il a noté que les tarifs fixés par la CNAM sont devenus faibles et insuffisants. De plus, cette dernière n’est pas en train d’honorer ses engagements: “C’est plutôt la CNAM qui fait défaut” a-t-il répliqué. 

De leur côté, le ministère des Affaires sociales et la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) ont regretté cette décision dans un communiqué commun rendu public samedi. Ils ont estimé que cette décision est unilatérale et contraire à certaines conventions.

Par ailleurs, le ministre de la Santé, Imed Hammami a affirmé que son département suit la situation de près et qu’il exprimera sa position en début de semaine prochaine.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.