TUNISIE
01/04/2019 13h:32 CET

Pourquoi l'émir du Qatar a-t-il quitté le sommet arabe? La présidence de la République explique

“Nous n’étions pas surpris" annonce Saïda Garrache, porte-parole de la présidence de la République.

Stringer . / Reuters

Durant ces deux derniers jours, Tunis était plus que jamais sous le feu des projecteurs. Abritant le 30ème sommet de la Ligue arabe, la capitale a réussi à réunir 13 Chefs d’État et dirigeants arabes, sous la houlette du président de la République, Béji Caïd Essebsi.

Tout semble parfait, de la minutie de l’organisation jusqu’à la traditionnelle photo de famille. Inédite, cette dernière a permis de rassembler le roi Salmane d’Arabie saoudite et l’émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, tous les deux au coeur d’un conflit diplomatique depuis juin 2017.

Mais peu après la fin du discours de Béji Caïd Essebsi, l’émir du Qatar a décidé de quitter le Sommet Arabe. Sans aucune explication. Un départ prématuré qui a laissé en suspens de nombreux points d’interrogation: Que s’est-il passé? Pourquoi l’émir a-t-il quitté le sommet Arabe si tôt?

Certains ont estimé que les propos du secrétaire général de la Ligue, Ahmed Aboul Gheit n’étaient pas du goût du prince qatari. Durant son discours, il s’en est pris à la Turquie et à l’Iran, tout en déplorant à demi-mot “les ingérences” de ses “voisins” qui selon lui aurait intensifié la crise et créé de nouveaux problèmes dans la région.

Mais Saïda Garrache, la porte-parole de la présidence de la République a avancé une autre explication.

Intervenant, lundi, sur les ondes de Shems Fm, elle a fait savoir que le départ de l’émir était prévu. “La présidence était au courant de son départ”, explique-t-elle en ajoutant “nous n’étions pas surpris”.

Elle a indiqué que l’émir qatari les avait prévenus à l’avance qu’il ne participerai  uniquement à la cérémonie d’ouverture du Sommet laissant son ministre des Affaires étrangères gérer la suite.

Pour Saïda Garrache, la participation du prince Tamim bin Hamad Al-Thani était “en l’honneur et par estime pour la personne du président de la République”.

D’autre part, la porte-parole de la présidence a noté qu’il n’était pas prévu qu’il prononce un discours, en coupant court aux rumeurs. “Non, il n’est pas parti fâché” assure-t-elle.

Concernant la polémique autour de la rencontre qui a réuni le leader d’Ennahdha, Rached Ghannouchi et l’émir de Qatar avant son retour au pays, Saïda Garrache a nié en bloc cette information.

“Personne ne peut pénétrer dans l’enceinte de l’aéroport présidentiel tenu par la garde présidentielle, même pas Rached Ghannouchi”, confie-t-elle.

Elle a ajouté que la garde présidentielle n’accorde aucun traitement de faveur à aucun président de parti politique ni même aux agents de la présidence de la République.

Il est à noter qu’après son départ, l’émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al Thani a envoyé un message de remerciement au président de la République, Béji Caid Essebsi pour l’accueil qui lui a été réservé durant le sommet.

Il a également espéré à travers ce sommet de Tunis booster les efforts arabes et unir les rangs pour plus de développement et de prospérité au peuple arabe tout en souhaitant un avenir meilleur au peuple tunisien .

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.