TUNISIE
16/04/2019 15h:44 CET

Pourquoi la reconstruction de Notre-Dame de Paris sera longue (même si ça n'est que le toit)

La cathédrale a été durement touchée par l'incendie. Avant même de savoir comment la reconstruire, avec les matériaux d'époque ou non, il faudra du temps pour faire le bilan des dégâts.

Bloomberg via Getty Images

ARCHITECTURE -  “Cette cathédrale, nous la rebâtirons”. C’est ce qu’a déclaré Emmanuel Macron après l’effroyable incendie qui a détruit la flèche et l’intégralité de la charpente en bois de la cathédrale Notre-Dame de Paris, lundi 15 avril.

Reste à savoir quand et comment. Stéphane Bern, chargé de la mission et du loto du patrimoine, estime mardi matin qu’il faudra “dix à vingt ans minimum” pour une restauration complète de Notre-Dame et qu’il faudra “bien sûr tout refaire à l’identique”. Jack Lang, ancien ministre de la Culture, estime lui qu’il “faut se donner un délai court [...] non pas dix ans, quinze ans, mais trois ans”.

Le ministre de la Culture, Franck Riester, se veut lui plus pragmatique et estime sur France Inter qu’il est “beaucoup trop tôt pour évaluer la durée et le coût du chantier” de la restauration de la cathédrale de Notre-Dame.

Pour faire le point, Le HuffPost a interrogé Philippe Plagnieux, professeur d’Histoire de l’art du Moyen Âge, spécialiste de l’architecture gothique. Il est, lui aussi, très prudent: “c’est prématuré de donner une estimation de temps, il est nécessaire de faire un bilan des dégâts”, dit-il alors que des “points de vulnérabilité” ont tout juste été détectés au niveau de la voûte et d’un pignon.

 
Un bilan rapide, des travaux sur “5 à 10 ans minimum”

Pour l’instant, on sait que la charpente et la flèche sont détruites, que la voûte a tenu, malgré un trou béant et ces “vulnérabilités”. Mais il faudra vérifier l’intégrité des structures restantes.

“L’eau va continuer à agir, certaines parties saturées risquent de se dégrader. Il faudra enlever les décombres, attendre que l’eau s’évapore, savoir combien de pierres il faudra changer. C’est un travail de très longue haleine”, met en garde le professeur.

Le bilan devrait être relativement rapide, quelques jours ou semaines. C’est une fois celui-ci effectué qu’on saura avec plus de précision le temps incompressible des travaux. “C’est très difficile de se prononcer aujourd’hui, mais je dirais qu’il faudra compter minimum 5 à 10 ans”, estime Philippe Plagnieux.

Une fois le bilan effectué, il faudra mettre au point un plan d’action. De celui-ci dépendra également la durée des travaux. À ce propos, la cartographie 3D au laser réalisée récemment sera utile. “C’est même un document très important”, note Philippe Plagnieux.

Entre tradition et modernité

Surtout, il faudra définir quels matériaux seront utilisés et de quelle manière. “Restituer la silhouette de Notre-Dame, on pourra le faire. Mais si on veut reconstruire à l’identique la charpente, pourra-t-on trouver autant de bois de Chêne?”, s’interroge le professeur.

Et si Stéphane Bern affirme qu’il faut restaurer à l’identique, Franck Riester explique de son côté que le choix n’est pas encore arrêté, même s’il pense que cette option est techniquement possible.

“C’est un éternel débat. Faut-il utiliser les matériaux d’origine, des imitations plus modernes ou changer totalement? Certains pourraient même estimer que la flèche, restaurée au XIXe siècle, devrait être construite comme au Moyen Âge”, note Philippe Plagnieux.

Il rappelle que lors de l’incendie de la cathédrale de Chartres, en 1836, il fut choisi de fabriquer une charpente métallique. La restauration avait duré 5 ans. Celle de Saint-Malo, qui perd sa flèche durant la seconde guerre mondiale, a nécessité 28 ans de travaux.

Pour la cathédrale de Reims, victime du feu en 1914 puis des bombardements allemands pendant la Première Guerre mondiale, la charpente a été reconstruite en béton armé. La reconstruction a duré vingt ans, mais elle était bien plus endommagée que Notre-Dame. Ce sera long, mais on ne devrait au moins pas avoir besoin “d’attendre 107 ans”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.