LES BLOGS
23/04/2019 13h:22 CET | Actualisé 23/04/2019 18h:01 CET

Pourquoi, 13 ans plus tard, Tozeur m'a réenchantée

Tel le bouton d’une rose des sables, Tozeur se situe au cœur d’une région époustouflante de beauté.

Aux portes du désert, Tozeur m’est apparue plus mure, plus humaine et plus typée. 

La ville que j’avais laissée derrière moi en 2006 après un reportage mémorable pour l’édition de Confidences de Tunisie (oikos diffusion, le cherche midi) s’est étendue: ses habitations se sont démocratisées et surgissent le long des voies principales reliant l’aéroport au centre ville.

Myriam Erraies Borges

 

Tozeur s’est “féminisée”: ses femmes discrètes y ont pris place par cette douceur de vivre qu’elles exhalent, et par leurs regards emplis d’amour et conduisant vers un “autre” monde. C’est qu’à Tozeur, les femmes sont extrêmement dignes. Leur tempérament semble d’ailleurs s’être transmis de mère en fille. Elles déambulent avec une certaine nonchalance, le port altier, à pas de danseuse, le regard de velours et le sourire discret, frémissant sous leurs battements de cils. Rien alors d’étonnant si les hommes de Tozeur au regard franc, y affichent une certaine liberté. On lit sur leur front l’apaisement. Sans doute celui procuré par le soutien de leurs femmes, mères, filles que j’ai croisées dans les ruelles, aux portes des taxis et des modestes commerces.

Myriam Erraies Borges

 

La nature “hostile” du désert a façonné les âmes et les esprits du Sud. Elle les a élevés. 

Ici du reste, la voix du muezzin se fraie un chemin dans les hauteurs pour appeler à la prière, ou pour que chacun se tourne vers la richesse infinie du désert...

Myriam Erraies Borges

 

Ce retour au seuil du désert m’a permis de renouer avec une partie de nos ancêtres préhistoriques que Chaq Wak honore à raison dans son musée de poupées géantes: les dinosaures et leurs cousins.

Et grand paradoxe, Tozeur m’est également parue très jeune. Le café lounge de sa palmeraie très animé, est habité par des jeunes couples, des petits groupes d’étudiants, le personnel des résidences et peut être aussi celui des lodges de Diar “Abou habibi” au nom si évocateur. Nous, nous étions là aussi, sans âge ni contrainte, danseurs d’un jour, en retraite et en quête d’absolu. 

Voilà trois ans que je rêve de me rendre à Tozeur pour m’y recueillir. Qu’elle n’a pas été ma joie de la retrouver si différente et si égale à elle-même finalement.

Myriam Errais Borges

 

Sa beauté est sans doute due a son habitat de briques, comme sorti d’un décor de cinéma, à son fouillis de bruits et à ses grouillements sonores et vivaces; ronronnement des moteurs en furie. Sa pureté, elle l’a doit certainement à ses héros du désert, vivants au creux des dunes, sur ce sable si fin qui sculpte les humeurs: celles des nomades.

Myriam Erraies Borges

 

Tozeur s’est, en plus de tout cela, comme enrichie d’une ressource essentielle. Elle est représentée par des personnes accueillantes et fières de leur ville. J’ai, à tout moment senti que j’étais accompagnée avec plaisir et bienveillance au travers de mes haltes et pérégrinations.

Certes, notre guide y a mis sa noble touche: celle du rêve qui se fait réalité. L’accueil ne dépend-il pas en effet de celui par qui se fait le voyage? 

Néanmoins, l’authenticité de notre ville du Sud fut au rendez-vous. C’est pourquoi je fais le vœu que cette AUTHENTICITÉ soit portée partout, y compris et surtout sur les sites de “moyenne à grande affluence” où il y a encore du chemin à parcourir pour que chacun puisse s’y sentir libre de vaquer et de rentrer de son voyage, les souvenirs en tête, ou plein les mains. J’aurais bien apprécié croiser des pèlerins aux côtés des “petits princes” du désert, ces revendeurs insolites si particuliers à Onq Jmel... Y acquérir une trousse de voyage ornée du “dromadaire légendaire” ou d’une figurine de Star Wars m’aurait en outre réjouie et permis de contribuer à une économie solidaire. Next trip? Sûrement. Mais ici prend fin mon voyage sans pareil. 

Huffpost MG

 

Tel le bouton d’une rose des sables, Tozeur se situe au cœur d’une région époustouflante de beauté. Ses montagnes du grand atlas, par delà les terres argileuses de sel fin régulièrement traversées par des caravanes de dromadaires sauvages, ou ses ruisseaux d’eau, transperçants comme par miracle les parois poreuses des villages de montagne, m’ont ramenée à “ma première fois”. Un rajeunissement assuré! 

Un mirage? J’en ai peut être vu un. En quittant mon lieu de résidence, une femme quasi transparente car gracile, au teint diaphane, vêtue d’une djellaba blanche ceinturée, la tête coiffée d’un chapeau noir et avançant d’un pas ferme, à croisé mon regard. Son élégance m’a transportée là-haut dans les nuages couvrant le désert, là où les souffles des femmes de Tozeur se retrouvent peut être à la nuit tombante. 

Myriam Erraies Borges

 

L’homme, la terre, l’eau, le ciel et leurs lots de rêveries ne sont-ils pas les éléments d’un séjour parfait?

Good bye Tozeur! May God bless YOU and your habitant!

 

*Retreat organized by World Network Vibes / WNCS lead by Master Guide Ahlem BenOthman
**Desert Body Move Danse Lead by Artist & Next Generation Coach Med Bechir Ben Othman (Bach) of WNCS

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.