LES BLOGS
02/07/2018 11h:20 CET | Actualisé 02/07/2018 11h:20 CET

Pour une vraie prise en charge des enfants à besoins spécifiques dans les écoles marocaines

"Depuis au moins trois décennies, le cas des enfants qui présentent des difficultés de langage a fait l’objet de débats passionnés partout dans le monde."

AGF via Getty Images

ÉDUCATION - Il est connu de tous que l’enseignant doit faire face tout au long de sa carrière à des catégories différentes d’élèves. Il est appelé de ce fait à diversifier constamment ses méthodes et techniques et à adopter une approche individualisée, voire multimodale le cas échéant et ce pour dynamiser son cours et “démocratiser” l’accès aux savoirs pour l’ensemble de ses élèves.

De même, il doit élargir ses connaissances dans des domaines aussi importants que les sciences de l’éducation, la psychopédagogie, la psychologie et la didactique.

Parmi les défis majeurs qu’un enseignant du primaire au Maroc doit relever figure notamment la manière de se comporter comme il se doit avec des catégories d’apprenants dont l’état physique et psychologique exigent un traitement spécial, les autistes et les enfants à besoins spécifiques en l’occurrence, surtout quand on est mal renseigné sur le sujet et qu’on est dépourvu des moyens matériels et didactiques les plus élémentaires.

Depuis au moins trois décennies, le cas des enfants qui présentent des difficultés de langage a fait l’objet de débats passionnés partout dans le monde et chacun y va de sa proposition selon son angle de vue, ses motivations et sa spécialité.

En effet, d’aucuns (surtout les partisans de l’approche neurocognitive) pensent que ces troubles de langage, quelques fois aigus, proviennent essentiellement d’une perturbation au niveau des fonctions neurologiques. D’autres (les psychologues et les psychanalystes par exemple), en se référant essentiellement à la vie psychique des cas étudiés, avancent que la communication fait agir toutes les composantes de la personne.

En tout état de cause, il y a lieu de distinguer entre deux types de difficultés langagières: les troubles de la parole et du langage (dysphasie) et le trouble de la communication. Et là deux questions se posent: comment procéder pour diagnostiquer avec exactitude le type de trouble dont souffre l’élève concerné? Et quels sont les outils nécessaires pour le faire?

On peut facilement imaginer la difficulté de la tâche au sein de nos écoles quand on sait d’une part que le domaine des troubles de langage concerne une vaste diversité de pathologies et que d’autre part la quasi-totalité des établissements scolaires n’ont pas de psychologues ou de médecins spécialistes à leur disposition.

Faut-il rappeler in fine que le trouble du langage et la difficulté de s’exprimer correctement chez certains enfants impactent leurs apprentissages scolaires depuis la phase préscolaire? Tout le monde s’accorde sur le fait que ce déficit peut être à l’origine de l’isolement de l’enfant.

Pire encore, il est susceptible d’engendrer chez lui des sentiments d’anxiété et d’impuissance. Par conséquent, cela peut avoir des impacts sur la confiance de soi et sur l’interaction sociale. C’est assez urgent donc de s’attaquer au cas des enfants en difficulté de langage et de communication, car il en va de l’avenir de toute une société!