MAROC
14/12/2018 13h:11 CET

Pour Natalie Portman, la loi qui définit Israël comme "Etat-nation du peuple juif" est une "erreur"

Une interview de l'actrice pour la promotion du film "Vox Lux" a pris une tournure politique.

Refinery29

PEOPLE - En pleine promotion du film de Brady Corbet “Vox Lux”, sorti le 7 décembre aux États-Unis, Natalie Portman a choisi, lors d’une interview accordée au site d’actualité basé à Londres, Al-Qods Al Arabi, de ne pas parler uniquement de cinéma.

L’entretien qui a eu lieu a Bervely Hills a d’abord porté sur le rôle que joue l’actrice dans “Vox Lux”, “Celeste”, survivante d’une fusillade dans son école qui devient célèbre après avoir chanté lors du service commémoratif pour les élèves victimes. Le film rappelle les événements du 11 septembre avant de passer à 2017, où Celeste est devenue une chanteuse à la personnalité sombre et excentrique accro aux drogues et à l’alcool, bombardée par les paparazzis.

La discussion a ensuite pris une nouvelle tournure. Après avoir longuement parlé de son personnage, l’actrice américano-israélienne n’a pas hésité a exprimer son désaccord avec la loi très controversée sur “l’Etat-nation” adoptée à la Knesset, le Parlement israélien, en juillet dernier. Cette nouvelle loi définit Israël comme État juif, Jérusalem comme sa capitale “complète et unifiée”, et retire notamment à l’arabe son statut de langue officielle aux côtés de l’hébreu.

“C’est une erreur et je ne ne suis pas d’accord avec cette loi”, confie Portman à Al Qods. “Il est difficile de venir d’un endroit où tu as peu d’opportunités. C’est une affaire politique et on te met dans une situation qui concerne ceux que tu aimes. Leur vie est affectée au niveau personnel par toutes les décisions que prennent les politiciens et leurs voisins à leur place”, estime-t-elle.

“J’espère seulement que je ferais partie du changement pour que nous aimions vraiment nos voisins et que nous travaillions pour et avec nos voisins”, déclare la star hollywoodienne née en Israël.

Actrice engagée, Natalie Portman avait déjà exprimé de nombreuses fois son indignation face aux politiques israéliennes notamment en refusant, en avril dernier, de se rendre à Jérusalem pour recevoir son prix Genesis qui rend hommage aux individus fiers de leur héritage juif, qui ont contribué de manière significative à l’amélioration du monde, selon le site de l’organisation, qui avait décidé d’annuler la cérémonie.