TUNISIE
28/02/2019 14h:03 CET

Pour Mokhtar Trifi, les "supposés tortionnaires" mènent le processus de justice transitionnelle

La justice transitionnelle a été destinée à un camp politique, selon Trifi.

FETHI BELAID via Getty Images

Alors que le processus de justice transitionnelle tâtonne en Tunisie, une figure de l’opposition à l’ancien régime et de défense des droits humains prend la parole à ce sujet, dans les colonnes du site Justice.info. Il s’agit de l’ancien président de l’Ordre des avocats et de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et vice-président de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Mokhtar Trifi. 

Prenant la défense des victimes dans les chambres spécialisées mises en place par lInstance vérité et dignité (IVD), Trifi critique la lenteur des jugements.  

Opposé à l’arrêt du processus de justice transitionnelle, Mokhar Trifi exprime son inquiétude quant à la fin dudit processus en l’absence d’une publication du rapport final de l’IVD, d’une commission à l’ARP chargée de cette question  comme c’est prévu par la loi, de la préservation de l’archive et plus encore de réformes structurelles et de processus de réconciliation. “La réforme de l’administration n’a pas encore été entamée. Comment garantir alors que les erreurs, les pratiques et les crimes commis ne se répètent plus? Et la vérité sur ce qui s’est passé dans notre pays pendant des décennies? Une petite partie a été dévoilée ; et le reste? Comment transmettre également la vérité aux nouvelles générations?”, s’interroge-t-il.

Pour l’avocat, il n’y a pas une volonté politique pour mener à bien le processus de justice transitionnelle en toute transparence. Outre les lacunes contenues dans la loi, la justice transitionnelle a été destinée à un camp politique: “La loi sur la justice transitionnelle (...) a été rédigée essentiellement par les supposées victimes, les gens d’Ennahdha [parti islamiste], au moment de la Troïka et de l’Assemblée constituante”, explique-t-il.

Pour Trifi, après 2014, face au retour des figures de l’ancien régime; “ce sont supposés tortionnaires qui appliquent cette loi !”. Il accuse ainsi les revenants de bloquer le processus. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.