TUNISIE
24/09/2018 10h:08 CET

Pour le gouverneur de Nabeul, Saloua Khiari, les intempéries de samedi étaient "exceptionnelles"

"Cela fait plus de 300 ans qu’on avait pas vu ça”

Invitée sur la radio Shems FM afin d’évoquer la situation au surlendemain des pluies diluviennes qui sont tombées, la gouverneur de Nabeul, Saloua Khiari ,  a affirmé que “la situation est stable”.

“On a mis en place une stratégie avec les ministres qui étaient présents avec nous jusque tard dans la soirée du dimanche. Nous allons aujourd’hui recevoir de l’aide pour nettoyer la région (...) afin que par la suite le ministère de l’Équipement puisse intervenir pour refaire les routes et les ponts” qui ont été endommagés par les dernières pluies.

“Je demande à nos citoyens de nous aider afin de respecter la circulation” a-t-elle appelé affirmant que plusieurs plusieurs engins allaient aider aujourd’hui à nettoyer les routes et que par conséquent, certaines d’entre elles allaient être fermées.

Alors que la pluie commençait à s’abattre sur la région, Saloua Khiari avait alors affirmé aux médias que la situation était sous contrôle. Mais les images des dégâts humains (5 morts) et matériels, ont fait tourner en dérision ses propos sur les réseaux sociaux.

“J’ai été quelqu’un de responsable quand j’ai dit que les choses étaient sous contrôle à 09h du matin et que j’ai appelé les citoyens à faire attention dans différents communiqués envoyés aux médias. Entre 09h et 14h les choses avaient énormément évolué” a-t-elle expliqué.

“Quand les pluies ont commencé à être abondantes dans le sud du gouvernorat, de Beni Khaled à Soliman en passant par Nabeul, j’ai pris mes précautions et nous avons amené des renforts de la Protection civile et de l’armée” s’est-elle justifiée.

Au moins 2500 habitations touchées

“La situation est difficile (...) Aux niveaux des pertes, elles seront quantifiées aujourd’hui par les délégués régionaux en collaboration avec le ministère des Affaires sociales et l’ensemble des administrations régionales” a annoncé le gouverneur de Nabeul.

“Ce que l’on sait, c’est que nous avons près de 2500 habitations qui ont été touchées. Cela va de simples dégâts mobiliers aux maisons totalement détruites en passant par celles qui ont quelques fissures dans certains murs”, selon les premières estimations.

Une situation exceptionnelle 

Pour Saloua Khiari, ce qui s’est passé à Nabeul était exceptionnel: “J’ai demandé au ministère de l’Agriculture et à l’Institut National de Météorologie de publier les chiffres de la pluviométrie à Nabeul sur les 100 dernières années” a-t-elle affirmé expliquant que la quantité de pluie qui s’est abattue sur la région était inhabituelle: “Les agents de la protection civile ont sauvé les gens à la nage!”

“C’est comme si on avait déversé le barrage de Sidi Salem sur le gouvernorat de Nabeul. Quand vous voyez qu’il y a eu plus de 300 mm de pluie sur Beni Khaled et 200 sur Nabeul (...) c’est l’équivalent de l’eau de tout un barrage qui a été déversé en 4 ou 5 heures” note-t-elle.

“En 1986, il y a eu de grandes inondations à Nabeul. Les précipitations n’avaient pas dépassé les 90 mm. Cela a été multiplié par trois ce week-end. Cela fait plus de 300 ans qu’on avait pas vu ça” a-t-elle déclaré rejoignant les propos du ministre de l’Équipement Mohamed Salah Arfaoui.

“D’habitude, quand de telles pluies s’abattent, cela touche une ou deux délégation. Chez nous, cela a touché tout le gouvernorat soit 16 délégations. Nos équipements et nos besoins étaient amplement suffisants pour faire face à une situation normale mais pas pour faire face à quelque chose qui arrive tous les 300 ou les 500 ans” a-t-elle conclu.

Des pluies diluviennes se sont abattues samedi sur le gouvernorat de Nabeul faisant au moins 5 morts et de nombreux dégâts matériels. 

De nombreuses routes et ponts ont été coupées, d’autres ayant été partiellement détruits.

Dimanche, une cellule de crise, présidée par le chef du gouvernement est allée à la rencontre des citoyens, promettant des dédommagements aux sinistrés.

Face à cette situation exceptionnelle, les cours ont été suspendus lundi et mardi.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.