TUNISIE
03/07/2018 17h:51 CET

Pour l'agence de notation Moody's, le dinar continuera de chuter rendant la dette de plus en plus difficile à rembourser

L’agence américaine de notation évalue la Tunisie comme niveau B2, un score peu reluisant.

Moodys

Pour Moody’s, la Tunisie est un pays stable, mais qui fait face à de nombreux défis. Le déficit fiscal est l’une des causes principales de la hausse de la dette du pays, passée de 50,8% du PIB en 2014 à 69,9% à ce jour. La dette ne devrait pas diminuer au cours des prochaines années, Moody’s estimant qu’elle atteindra 73% en 2019.

La dépréciation du dinar accentue notamment la dette, qui est à 68% remboursable en monnaies étrangères. Un euro vaut actuellement 3,05 dinars, contre 2,78 à la même période l’année dernière. La monnaie tunisienne risque de continuer sa chute, rendant la dette de plus en plus difficile à rembourser.

Moodys

Le budget tunisien n’est pas non plus très flexible: 14% du PIB est consacré au paiement des fonctionnaires, et le fort taux de chômage est un frein au revenu de l’État.

Les vulnérabilités internes au système bancaire ainsi qu’extérieures inquiètent aussi Moody’s, qui cependant estime une reprise économique suite à l’amélioration de la situation.

La croissance économique attendue pour 2018 est de 2,8%. Pour Moody’s, la relance du tourisme est un facteur capital: le secteur a connu un progrès de 21,8% par rapport à l’année dernière, rapportant plus de 900 millions de dinars au pays.

Moodys
Le tourisme a progressé par rapport aux années précédentes.

Pour remonter son score Moody’s, et faire baisser les taux d’intérêt de futur prêts, la Tunisie devra suivre les recommandations du Fonds Monétaire International afin d’assurer une croissance durable: augmenter les recettes fiscales et limiter les dépenses assure l’agence de notation.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.