MAROC
08/03/2019 12h:18 CET | Actualisé 08/03/2019 12h:19 CET

Pour la première fois depuis 15 ans, l'Afrique du sud accepte la nomination d'un ambassadeur du Maroc à Pretoria

Un nouveau départ dans les relations bilatérales des deux pays?

Youssef Amrani/Site web
Youssef Amrani est le nouvel ambassadeur du Maroc à Pretoria. 

POLITIQUE - Le 20 août dernier, le roi Mohammed VI nommait le diplomate marocain Youssef Amrani ambassadeur du Maroc à Pretoria. En raison des tensions entre l’Afrique du sud et le royaume, le pays de Nelson Mandela a mis 7 mois avant d’accepter cette nomination, qui a été validée la semaine dernière, rapporte le quotidien sud-africain Daily MaverickC’est la première nomination d’un ambassadeur du Maroc en 15 ans.

“Il a fallu sept mois au gouvernement sud-africain pour réfléchir à la demande du Maroc d’améliorer ses relations diplomatiques en nommant un ancien ministre délégué des Affaires Étrangères comme envoyé à Pretoria”, souligne le journal en ligne. Youssef Amrani, ancien ministre délégué auprès des Affaires Étrangères et de la Coopération sous Benkirane (2012) était, avant la nomination, chargé de mission pour le Cabinet royal. Le Marocain a l’expérience du titre d’ambassadeur, qu’il a tenu dans plusieurs pays d’Amérique latine: Colombie, Équateur, Panama, Chili, Mexique, Guatemala, Salvador, Hondura, Costa Rica, Nicaragua ou encore Belize. 

En conflit depuis 2004

Les relations entre le Maroc et l’Afrique du sud ont commencé à se détériorer il y a 15 ans. En 2004, le gouvernement sud-africain “a reconnu la République arabe sahraouie démocratique (RASD) comme le gouvernement légitime d’un Sahara occidental indépendant”. En réaction à cette décision, Rabat rappelait son ambassadeur à Pretoria, d’abord en consultation puis définitivement en 2006, rappelait Jeune Afrique en août dernier.

La tendance a changé en 2017, lorsque le Maroc a réintégré l’Union africaine qu’il avait quittée en 1984. À ce moment-là, “l’Afrique du Sud s’opposait au retour du Maroc dans l’UA, à moins que celui-ci ne donne la garantie qu’il ne se servirait pas de sa position au sein de l’UA pour tenter d’expulser la RASD”, raconte Daily Maverick. Quelques mois plus tard, un nouvel élan était donné aux relations bilatérales entre les deux pays quand, en décembre 2017, Mohammed VI s’entretenait avec l’ancien président sud-africain, Jacob Zuma. Ce dernier avait affirmé l’importance des bonnes relations entre les deux pays pour “se projeter dans un avenir prometteur”.

MAP

Malgré ces signes de bonne volonté, les experts ne sont pas convaincus que les relations entre le Maroc et l’Afrique du Sud se réchauffent de si tôt. “Lors d’un séminaire organisé à Rabat la semaine dernière par l’Institut royal des études stratégiques (IRES) du Maroc, les analystes sud-africains et marocains ont estimé qu’il était peu probable que les relations s’améliorent au moins après les élections du 8 mai en Afrique du Sud”, affirme Daily Maverick. En attendant, l’Afrique du Sud va-t-elle suivre le Maroc et renvoyer un ambassadeur à Rabat?