ALGÉRIE
15/10/2019 17h:08 CET

Pour Gaid Salah, l'Algérie est sur "la bonne voie"

AP
ARCHIVO - En esat foto del 1 de julio del 2018, el general argelino Ahmed Gaid Salah preside un desfile militar en Argel. Gaid Salah, ordenó el miércoles, 18 de septiembre del 2019, una batida contra quienes se dirigen a la capital para protestas semanales. (AP Foto/Anis Belghoul)

Le vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, campe sur ses positions. Pour lui, l’option de la Présidentielle est la meilleure, les lois de finances et des hydrocarbures sont susceptibles de “relancer l’économie nationale”. Il déclare somme toute quel’Algérie est sur “la bonne voie et aiguillée dans la bonne direction grâce à la grande cohésion et confiance entre le peuple et son Armée.

“Aujourd’hui, nous pouvons dire avec certitude que l’Algérie est sur la bonne voie et aiguillée dans la bonne direction, tel que souhaité par ses loyaux enfants, grâce à la grande cohésion et confiance entre le peuple et son Armée, cette armée qui a été pour lui un protecteur contre le mal de la bande et de ses relais par les décisions courageuses prises par le Haut Commandement de l’ANP dés le début de la crise. Des décisions qui se sont révélées, avec le temps, pertinentes et judicieuses car allant toutes dans le sens des intérêts du peuple et de la patrie”, a affirmé le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, dans son allocution d’orientation lors de sa visite de travail au Commandement des Forces navales à Alger.

Selon le communiqué du MDN, Gaïd Salah a souligné que les efforts “soutenus et dévoués” de l’ANP pour instaurer “un climat de confiance et de sérénité”, qui a permis de franchir plusieurs étapes aux objectifs complémentaires, notamment après la tenue du Conseil des ministres, le 9 septembre 2019, sous la présidence de Abdelkader Bensalah.

Il a aussi évoqué l’adoption lors du dernier Conseil des ministres d’importants projets de lois, à l’instar des lois de Finances et des hydrocarbures, qu’il a qualifiées de “réel jalon supplémentaire” pour “relancer” l’économie nationale et donner “un nouveau souffle” à l’investissement dans divers secteurs économiques stratégiques.

Il a également évoqué la loi adoptée en Conseil des ministres interdisant aux militaires de faire de la politique et a donné son explication de cette décision. 

Cette mesure, a-t-il expliqué, est “motivée” par plusieurs raisons, en ce sens que l’exercice d’une activité politique partisane ou la candidature à une fonction élective publique “exige nécessairement de faire des déclarations et de participer à des débats pouvant constituer une violation du devoir d’engagement et de réserve, tel que prévu par la loi”.