TUNISIE
04/12/2018 16h:11 CET

Pour faire face à la surpopulation carcérale, des mesures prises en faveur des prisons tunisiennes

La superficie consacrée à chaque prisonnier dans les établissements carcéraux tunisiens est de 2,9m²

Naeblys via Getty Images

La direction générale des prisons et de rééducation a annoncé mardi une série de mesures pour garantir des conditions de détention aux prisonniers conformes aux standards internationaux.

“Ces mesures interviennent en réaction au dépassement du nombre de prisonniers de la capacité d’accueil des établissements carcéraux et à l’amplification du problème d’encombrement particulièrement dans les centres de détention”, a souligné le porte-parole de la direction générale des prisons, Sofiène Mazghiche, lors d’une conférence de presse donnée mardi.

Le nombre total de prisonniers d’élève à 22.663, alors que la capacité d’accueil de ces établissements ne dépasse pas 17.762 détenus, a-t-il indiqué.

Selon lui, la superficie consacrée à chaque prisonnier dans les établissements carcéraux tunisiens est de 2,9m², alors que la superficie appliquée conformément aux standards internationaux ne doit pas descendre au-dessous de 4m².

Ces mesures, a-t-il expliqué, consistent à humaniser le système d’exécution des peines et à remédier au problème de l’encombrement carcéral, à travers la construction de nouvelles maisons d’arrêt à Gabès, Monastir et Messaâdine. Ces maisons d’arrêt devraient entrer en service en 2019, a-t-il indiqué.

D’après Mazghiche, d’autres maisons d’arrêt seront fin prêtes en 2020 et 2021.

“Ainsi, chaque cellule accueillera tout au plus 25 lits”, a-t-il tenu à préciser.

Cinq bureaux d’accompagnement post-carcéral seront bientôt ouverts dans nombre de régions du pays, a-t-il encore annoncé. 

Ces bureaux auront pour mission d’assurer un suivi post-carcéral des détenus qui purgent leur peine et de favoriser leur réinsertion en milieu familial et social, a-t-il expliqué.

Sofiène Mazghiche a également annoncé la mise en place de boites de plaintes dans l’ensemble des établissements pénitentiaires dans le souci de rester en contact avec les détenus, d’écouter leurs préoccupations, de garantir leur droit à un traitement humain qui préserve leur dignité et de consacrer la culture des droits de l’Homme.

Mazghiche a aussi fait état de l’acquisition de 48 nouveaux véhicules de transport des détenus qui répondent aux standards internationaux.

Il s’agit en outre, a-t-il ajouté, de multiplier le nombre des cadres paramédicaux et plus particulièrement des infirmiers et de fournir des soins médicaux aux détenus que ce soit dans les consultations internes ou externes, à travers la conclusion de contrats avec des médecins spécialistes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.