TUNISIE
14/08/2019 14h:36 CET

Pour cette experte, le modèle de gestion actuel des ressources en eau en Tunisie a atteint ses limites

Depuis plusieurs jours, des régions entières sont privées d'un accès continu à l'eau potable.

Zoubeir Souissi / Reuters

“Le modèle de gestion actuel des ressources en eau a atteint ses limites. Les mesurettes prises à chaque fois pour réparer les pannes et remédier aux coupures ne suffisent plus pour préserver le service public et garantir un droit constitutionnel, à savoir l’accès à l’eau” a indiqué, mardi, l’universitaire et experte en gestion des ressources en eau, Raoudha Gafrej.

“La gestion de l’eau comme ressource vitale devra relever de la sécurité de l’Etat et ne doit plus être confiée au ministère de l’Agriculture”, a-t-elle ajouté, soulignant la nécessité de “déclarer l’état d’urgence et mettre en place un plan de gestion de crise”.

“Les solutions existent, mais plus elles sont retardées et plus on a recours aux solutions de facilité et de rapidité, plus la situation s’aggrave”, s’alarme-t-elle.

“Réparer et réhabiliter en urgence une partie du réseau de la SONEDE aurait au moins épargné une partie de la population”, pense-t-elle mais, “stratégiquement parlant, il va falloir mettre en place une véritable politique de gestion de l’eau basée sur la valorisation des ressources, la rationalisation des usages agricoles de l’eau, la révision rapide de la tarification de l’eau potable et de l’eau d’irrigation, la réhabilitation du réseau de la SONEDE et des réseaux d’eau gérés par les GDA (groupements de développement agricole )...”

Elle a précisé, dans ce contexte, que la SONEDE n’est pas subventionnée et face au refus du gouvernement d’augmenter le tarif de l’eau, cette denrée est vendue à un tarif plus faible que son coût de revient.

Les revenus de la SONEDE ne lui permettent donc pas d’entretenir ni de renouveler les réseaux et “sécuriser l’alimentation en eau potable par la SONEDE est une utopie si la gouvernance ne change pas”, a-t-elle dit.

Depuis plusieurs jours, plusieurs régions souffrent d’un manque d’accès à l’eau potable entrainant une colère populaire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.