TUNISIE
30/05/2018 16h:22 CET

Pour Borhen Bsaies, Ennahdha est responsable de la situation politique actuelle du pays

Il évoque même un "changement de stratégie" d'Ennahdha.

Anadolu Agency via Getty Images

Le chargé des affaires politiques à Nidaa Tounes Borhen Bsaies a accordé mercredi une interview à l’agence de presse turque Anadolu Agency au cours de laquelle il a mis en garde contre “une grave crise politique” à venir.

“L’avenir de la Tunisie est en danger” si l’accord de Carthage 2 n’aboutit pas à un consensus a-t-il expliqué ajoutant que si la Tunisie a pu éviter le pire au niveau économique et social, c’est grâce au consensus. 

Ennahdha pointé du doigt

Selon Borhen Bsaies, si la situation politique du pays est tendue aujourd’hui, c’est “Ennahdha qui en est responsable”: “La position d’Ennahdha a divisé les partis et les organisations et a poignardé dans le dos le consensus politique et social”.

Alors que Rached Ghannouchi avait avancé son soutien à Youssef Chahed à la tête du gouvernement d’union nationale en mettant en avant l’argument de la stabilité, le chargé des affaires politiques de Nidaa Tounes dément: “Le consensus va s’écrouler et l’UGTT menace de descendre dans la rue”.

Regrettant la position du parti dirigé par Rached Ghannouchi, Bsaies évoque un “changement de stratégie” dont seul Ennahdha et ses membres connaissent l’objectif.

Youssef Chahed “ne gouverne pas au nom de Nidaa Tounes” 

Évoquant le chef du gouvernement, Borhen Bsaies affirme que celui-ci gouverne au nom de l’union nationale et ne “gouverne pas au nom de Nidaa Tounes”.

Réfutant le caractère personnel de la guerre déclarée par Hafedh Caid Essebsi, directeur exécutif de Nidaa Tounes, à Youssef Chahed -en demandant son éviction-, Borhen Bsaies affirme que “ce gouvernement d’union nationale a échoué”. Pour lui, en plus de l’échec économique et social, s’est rajouté un échec politique, puisque les partis sont divisés à son sujet.

Le chargé des affaires politiques de Nidaa Tounes a également rappelé que son parti n’est pas contre le fait que Youssef Chahed puisse se présenter en 2019, mais pas “en utilisant le pouvoir exécutif. On ne doit pas transformer le gouvernement en parti” a-t-il expliqué.

Quant au fait que Chahed soit le candidat de Nidaa tounes, Bsaies affirme que ce sera au “prochain congrès du parti” d’en décider.

Mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed s’est adressé aux Tunisiens à la Télévision nationale et est revenu sur la situation politique du pays ainsi que sur les incertitudes relatives à son départ, après la suspension des discussions du Document de Carthage 2.

Défendant le bilan de son gouvernement, Youssef Chahed s’en est également pris à Hafedh Caid Essebsi, jugé responsable de la crise de Nidaa Tounes et qualifié de menace pour les institutions publiques, ce qui a fait réagir de nombreuses figures politiques sur les réseaux sociaux.

Lundi, le président de la République Béji Caid Essebsi avait suspendu les discussions relatives à l’accord de Carthage 2 en l’absence de consensus sur l’avenir de Youssef Chahed à la tête du gouvernement.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.