TUNISIE
13/03/2019 20h:34 CET

Portrait de Nadia Khelfi, Chef d'état major à la Minusca (Vidéo)

Loin de sa famille et de ses enfants, Nadia Khelfi s'est engagée pour le maintien de la paix en République centrafricaine.

Chef d’état major à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) à Bangui en République centrafricaine, la Tunisienne Nadia Khelfi a fait l’objet d’un reportage de la Mission à l’occasion de la journée des droits des femmes.

“Pour la Minusca, cette journée est notamment l’occasion de présenter le travail remarquable des femmes en uniforme qui y travaillent” a noté la MINUSCA.

Nadia a ainsi été accompagnée dans son travail durant toute une journée, qui commence par un briefing matinal avec le commandant des forces opérationnelles de Bangui, en anglais Joint Taskforce commanders for Bangui (JTFB).

“Le briefing matinal sert à passer en revue les grands événements qui se sont déroulés à Bangui durant les dernières 24 heures, et prendre ainsi note des instructions du commandant” explique Nadia.

Vêtue d’un uniforme de police tunisien, la commissaire s’occupe de conseiller le commandant au sein de la JTFB, notamment en matière d’administration, de logistique, et de sécurité dans la ville de Bangui.

Pour Nadia, travailler dans une unité composée d’hommes, qui plus est dans une région instable sur le plan sécuritaire, représente un défi pour elle.

“Mon objectif est de réussir ma mission. Je travaille avec mes collègues masculins dans le cadre du respect et de la dignité” déclare-t-elle.

Parmi ses fonctions, Nadia se rend régulièrement dans les casernes onusiennes des soldats de maintien de la paix, afin de les sensibiliser aux bonnes conduites et les mettre en garde contre les dépassements tels que les abus sexuels.

“Nous leur rappelons les règles, et la tolérance zéro envers les abus sexuels” ajoute-t-elle.

En dehors de ses heures de travail, Nadia se livre à des activités sportives, pour dit-elle, réduire le stress et oublier les défis de la journée.

“Ce n’est pas facile pour une femme qui travaille péniblement, d’être éloignée de sa famille et de ses enfants” estime Nadia, qui affirme être en contact avec ses enfants via internet, les aidant même à faire leurs devoirs scolaires.

Pour elle, le maintien de la paix vaut bien les sacrifices qu’elle fait, dans “un pays déchiré par la guerre”.

“Mon travail a contribué à la protection des civils dans un pays rongé par les conflits” conclut-elle. 

La Minusca est en République centrafricaine depuis avril 2014, et compte quelque 15054 agents, entre militaires, policiers, observateurs, officiers et volontaires.

La République Centrafricaine compte 4,5 millions d’habitants en proie à un conflit qui dure entre deux groupes armés: D’un côté les Séléka prétendant défendre la minorité musulmane, et de l’autre les anti-Balaka majoritairement chrétiens.

Lire Aussi

Dans un acte de bravoure, ce soldat tunisien de la Minusca a sauvé la vie de ses camarades marocains en République Centrafricaine (VIDÉO)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.