LES BLOGS
22/01/2019 09h:33 CET | Actualisé 22/01/2019 09h:33 CET

Politique tunisienne: Une histoire de logos?

Au-delà de l’élégance et de la particularité du design, il s’agit avant tout de mettre en avant ses valeurs pour qu’il grave les mémoires.

Logo Ennahdha: Fadel Senna/AFP/Getty images; Logo Machrou Tounes: Fethi Belaid/AFP/Getty images; Logo Nidaa Tounes: Facebook/Nidaa Tounes, Logo Attayar: Facebook/Courant démocrate

Depuis 2011, les partis politiques tunisiens ont fleuri comme le jasmin au printemps. Et avec eux des logos qui ont montré que l’on était passé de la propagande du RCD à un début de communication politique, les visages des leaders ayant été remplacés par des “marques”.

Le logo est l’abréviation du mot “logotype” qui signifie le “sens” (logos, en grec) et le “type” (pour typeface, la police de caractère). Le logo est souvent assimilé au visuel qui représente le parti politique, au-delà du nom. Il est censé rendre l’image du parti familière, doit rappeler des souvenirs et mettre théoriquement l’électeur en confiance. Le graphisme matérialise l’image de marque. Les logos les plus simples se résument parfois à une typographie particulière, sans dessin.

La création d’un logo est un travail complexe. Au-delà de l’élégance et de la particularité du design, il s’agit avant tout de créer et de mettre en avant son parti politique, mais surtout de mettre en avant ses valeurs pour qu’il grave les mémoires. Et tout cela doit être contenu dans un seul nom, un seul logo. Il est donc très important que ce nom et ce logo soient mûrement réfléchis mais surtout en phase avec… une stratégie.

Le webdesigner Jeffrey Zeldman explique que “le contenu vient avant le design. Un design sans contenu n’est pas un design, c’est une décoration”. Le fond doit en effet se réfléchir avant la forme.

Mais une fois la stratégie politique établie, le logo a une importance cruciale. Car un parti qui n’accorde pas un intérêt suffisant à son identité visuelle montre d’emblée qu’il manque de... quelque chose.

En Tunisie, du palmier de Nidaa Tounes à la colombe d’Ennahda, en passant par la clé de Machrou3, sans oublier le petit vélo du parti Tayar, on se demande bien qui sont ces “créatifs” qui ont eu ces idées de logos et quels messages ils ont bien voulu faire passer. Car à bien regarder ces logos de près, on se demande comment ces “créas” ont pu penser que l’électeur tunisien prendrait pour dinar comptant le fait que Machrou3 serait la clé pour la Tunisie ou qu’Ennahda symboliserait la paix avec sa colombe déployant ses ailes pour unir.

Quant à Nidaa Tounes, son logo est a l’image de sa genèse: créé dans la précipitation. Une précipitation qui va amener le “créa” de Nidaa à symboliser le parti par un palmier aux formes ondulées qui en est devenu... rouge de honte. Quant au petit vélo de Tayar, on se demande vers quel “courant” il veut nous emmener.

Dans cette cacophonie visuelle, Nidaa Tounes essaie toujours de repeindre les uns et les autres en rouge. La colombe d’Ennahda, au lieu d’unir, est allée jusqu’à diviser dans son propre camp. Machrou3, quant à lui, a bien la clé — et même un trousseau –, mais n’arrive toujours pas à trouver la serrure. Quant à l’incroyable petit vélo de Tayar, il roule encore et même trop vite, au point de rejoindre le peloton de tête du “Tour de Tunisie”, dans lequel il pourrait même endosser le... maillot jaune.

Mais nous sommes impatients et curieux de voir le logo du futur parti du chef du gouvernement.

Vu l’ambiance et les difficultés que traversent la Tunisie et la formation agricole de Youssef Chahed, on pourrait s’attendre à une salade de fruits. Car la salade de fruits est un mélange de fruits assez pratique qui permet de récupérer des fruits à droite et à gauche. Elle a aussi l’avantage de n’être jamais mauvaise, ni d’ailleurs vraiment bonne. Car, réellement, elle ne se distingue par aucun goût particulier si ce n’est par le goût des fruits qui la composent.

Malheureusement, ce genre de mélange et les différents indices glycémiques la rendent acide assez rapidement. Surtout, elle ne se garde que sur une courte durée.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.