MAROC
20/09/2019 10h:57 CET

Plus d'une douzaine de "combattants terroristes" détectés avec la participation du Maroc

Dans le cadre d'une opération d'Interpol menée dans sept ports.

FADEL SENNA via Getty Images
Members of Morocco's anti-terrorism security service stand guard outside the headquarters of the Central Bureau of Judicial Investigation (BCIJ) in Sale near the capital Rabat on May 2, 2018. (Photo by FADEL SENNA / AFP) (Photo credit should read FADEL SENNA/AFP/Getty Images)

LUTTE ANTITERRORISTE - Plus d’une douzaine de “combattants terroristes” ont été repérés aux frontières maritimes en Méditerranée dans le cadre d’une opération d’Interpol baptisée Neptune II. Menée du 24 juillet au 8 septembre, avec la participation de six pays, dont le Maroc, cette opération, indique l’organisation de coopération policière, “visait les menaces posées par ces individus soupçonnés d’utiliser les liaisons maritimes entre l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud pendant la haute saison touristique”.

D’après la même source, cette opération a concerné sept ports maritimes des six pays participants, en l’occurrence, l’Algérie, l’Espagne, la France, l’Italie, la Tunisie et le Maroc. Et de préciser que “les équipes ont effectué plus de 1,2 million de recherches sur les bases de données d’Interpol spécialisées dans les documents de voyage volés ou perdus, les données criminelles et les véhicules volés, par l’intermédiaire du réseau mondial de communication sécurisé d’Interpol - I-24/7”.

Ainsi, 31 nouvelles enquêtes, dont plus de 12 liées à la circulation de personnes soupçonnées de terrorisme ont été ouvertes, dans ce cadre, ajoute la même source. “Lorsque l’information est partagée entre les régions sur les réseaux internationales d’Interpol, chaque vérification, contrôle ou fouille aléatoire aux frontières peut permettre de faire avancer une enquête terroriste,” a déclaré le secrétaire général d’Interpol Jürgen Stock, cité par l’organisation.

Cette opération a montré, en effet, “l’importance de la coopération internationale, régionale et nationale entre différentes agences dans le cadre du renforcement de la sécurité, avec la participation d’experts de l’Agence européenne des frontières et de la Garde côtière (Frontex) et de l’Organisation mondiale des douanes (OMD)”, estime l’organisation. D’après celle-ci, “les bases de données d’Interpol contiennent actuellement des renseignements détaillées sur plus de 50 000 combattants terroristes étrangers et environ 400 000 éléments d’informations relatives au terrorisme”.